Alter Architecture : Ici, ailleurs & autrement
Alter Architecture
Ici, ailleurs & autrement
Christine de Schaetzen, le 2 avril 2007
La Case Obus_Fiona Meadows_Cameroun et Tchad
La Case Obus_Fiona Meadows_Cameroun et Tchad


A l’instar de l’alter mondialisme, l’alter architecture envisage une manière différente de concevoir le domaine du construit, en tenant compte des contraintes liées à la société actuelle mais aussi de la nécessité de protéger l’environnement et des caractéristiques des lieux dans lesquels il se développe (climat, mode de vie, etc.). Il s’agit, à l’heure de la globalisation, de porter une réflexion sur la manière dont l’architecture se positionne par rapport à son programme, et sur les alternatives possibles face à une uniformisation peu adaptée aux besoins des hommes et de la planète.

La Fondation de l’Architecture propose un parcours à travers le monde, à la découverte de cultures architecturales de natures diverses. Qu’elles soient urbaines ou rurales, solides ou éphémères, réalisées par des architectes ou non, elles diffèrent dans leurs formes mais se rejoignent sur le fond. Elles ont comme point commun leurs liens avec les traditions culturelles et constructives, respectant leur environnement bâti ou naturel et ayant recours à des matériaux peu polluants, recyclables et consommant peu d’énergie. Leur confrontation met en évidence ces points de convergence qui constituent un enseignement pour l’architecture de demain.

La présentation simultanée de réalisations croisées, anciennes et actuelles, mène à explorer les thèmes de l’universalité du régionalisme et du caractère porteur de la construction artisanale, notamment au travers du développement des technologies et de la circulation des informations.

A travers ces architectures, urbaines ou rurales, qui respectent un certain nombre de codes identiques et qui sont ancrées dans le temps, le parcours insiste sur l’importance de la prise en compte des enseignements et les acquis des générations précédentes et préindustrielles, mais aussi sur l’adaptation aux mentalités nouvelles et aux technologies de pointe.

Le parcours offre un rassemblement exceptionnel d’images réunies par des spécialistes, en Europe, Chine, Asie, Amérique du Sud et du Nord, Afrique, Groenland, etc. Il développe les différents thèmes sous forme de reproductions photographiques, de plans, de maquettes, d’objets, de matériaux et de constructions réalisées dans les salles.

Kustirica_House
Kustirica_House


Le Prix Européen d’Architecture Philippe Rotthier pour la reconstruction de la ville

Pendant 25 ans, l’architecte Philippe Rotthier a recherché partout en Europe des architectures nouvelles qui s’inscrivent dans le génie d’un lieu, répondent aux exigences de confort d’aujourd’hui et respectent l’écologie ; des architectures qui s’inscrivent dans la ville et le paysage sans les abîmer, des architectures qui ne gaspillent ni le territoire ni l’énergie ; des architectures qui dialoguent avec le passé et l’histoire. Cette quête, Philippe Rotthier a entrepris de la mener à travers un prix d’architecture. Les œuvres sont sélectionnées par des jurys composés d’architectes mais aussi d’écrivains, de journalistes, d’historiens d’art et de responsables politiques. Les choix se sont toujours portés vers des œuvres d’architectes souvent peu connus en dehors de petits cercles d’initiés :


Kustirica_House
Kustirica_House


Marcel Breuer_ClubChair, 1925_Allemagne
Marcel Breuer_ClubChair, 1925_Allemagne


Les structures végétales souples de Marcel Kalberer (Allemagne)

C’est en s’intéressant à un des plus vieux systèmes constructifs du monde, celui des roseaux tressés utilisés il y a 5000 ans par les Mésopotamiens pour bâtir leurs habitations, que Marcel Kalberer a eu l’idée de réaliser à partir de 1984 des structures végétales souples obtenues à partir de branches de saules plantées dans le sol. En les pliant et en les assemblant, il invente des abris naturels, vivants et évolutifs, en forme de tunnel, coupole, pavillon, palais, cathédrale. Pour réaliser ces constructions hybrides, l’architecte fait appel à des écoliers ou des volontaires venant de différents pays européens, parfois jusqu’à 600 par chantier. Les folies modernes de Kalberer, édifiées dans des parcs à l’occasion d’événements commémoratifs, deviennent rapidement des attractions touristiques recherchées.


Marcel Kalberer_Les architectures vivantes
Marcel Kalberer_Les architectures vivantes


Marcel Kalberer_Les architectures vivantes
Marcel Kalberer_Les architectures vivantes


Hakkas, habitations collectives_André Stevens_Fujian_Chine
Hakkas, habitations collectives_André Stevens_Fujian_Chine


Les habitations Hakka par André Stevens (Chine)

Dans le district de Younding, province du Fujian (dans le sud-est de la Chine) vivent les Hakka, une ethnie dont la langue, les coutumes et même les habitudes alimentaires diffèrent du reste de la population chinoise. Leur architecture s’apparente à de véritables « HLM en terre » de forme quadrangulaire ou circulaire, d’une hauteur avoisinant les 20 mètres. Tout un clan, soit parfois 400 personnes, vit dans un de ces édifices, entièrement tourné sur lui-même pour des raisons de sécurité, mais ouvert à tous les voisins d’en face ou d’à côté. Cette architecture, comme toute l’architecture populaire en Chine, a été dénigrée durant l’époque maoïste au profit d’habitats en dur, symboles de modernisme et de progrès. Mais les populations locales continuent à bâtir dans le même style, utilisant toujours la technique du pisé, même si les bâtiments n’ont plus aujourd’hui des dimensions aussi phénoménales.


Hakkas, habitations collectives_André Stevens_Fujian_Chine
Hakkas, habitations collectives_André Stevens_Fujian_Chine


Hakkas, habitations collectives_André Stevens_Fujian_Chine
Hakkas, habitations collectives_André Stevens_Fujian_Chine


Nader Khalili_Sandbag shelters
Nader Khalili_Sandbag shelters


Les « Sandbag Shelters» de Nader Khalili Julian Faulkner, Janos Bozo, Hooman Fazny

L’architecte américain d’origine iranienne Nader Khalili est un des rares architectes soucieux du milliard d’humains sans abri. Pour Nader Khalili, fondateur du Cal-Earth Institute (1991) dans le désert de Mojave en Californie, la solution est simple : il utilise un matériau que l’on trouve partout, la terre. Khalili a développé une technique appelée Super Adobe pour réaliser un « Sandbag shelter » (abri de sacs de sable), appelé aussi « Emergency shelter » (abri d’urgence) dont la construction ne demande ni qualification particulière, ni transport coûteux, ne requiert qu’un minimum de matières premières et se construit rapidement par une équipe de 3 à 5 personnes.



Nader Khalili_Sandbag shelters
Nader Khalili_Sandbag shelters


Il s’agit d’une sorte d’igloo constitué de sacs remplis de sable, empilés les uns sur les autres. Deux matériaux de guerre sont recyclés à des fins pacifiques : des sacs ou des longs tubes remplis de sable et du fil de fer barbelé. Ces « Eco dômes » résistent aux tremblements de terre, aux ouragans, aux inondations et isolent du froid, de la chaleur et du bruit…. Une maison de cinq pièces (34m2) peut offrir à une famille un logement durable. La technique de Super Adobe peut servir pour construire des silos, des écoles, des hôpitaux, ou d’autres infrastructures tels que des digues, des routes, des ponts ou pour stabiliser des cours d’eau. Par ailleurs, ces structures sont biodégradables. Le système a fait ses preuves à grande échelle en Iran en 1994, lorsque le pays dut accueillir les milliers de réfugiés Irakiens. En 2004, la structure de Nader Khalili obtint le prix triennal Aga Khan. Tout récemment, le Cal-Earth Institute a acquis un terrain en Espagne en vue d’y construire le premier centre Cal-Earth Europe.


Nader Khalili_Sandbag shelters
Nader Khalili_Sandbag shelters


Olivier Delarozière et Ursula Gleeson
Olivier Delarozière et Ursula Gleeson


Constructions en chutes de bois par Olivier Delarozière & Ursula Gleeson

La production de chutes de bois est indissolublement liée à toute activité de sciage. Le recyclage de ces déchets représente une part non négligeable de la filière bois. Les chutes de bois sont souvent converties en panneaux ou en charbon de bois. Pourquoi alors, ne pas les utiliser pour des constructions ? Lorsqu’elles se présentent sous forme de plaquettes, bien calibrées et solides, elles s’apparentent à des briques dont l’empilement permet de réaliser des murs très stables et des coupoles en encorbellement obtenues grâce à l’outil informatique. Les résultats étonnants de cette architecture et de son expérimentation, notamment les maisons forestières d’Europe de l’Est, sont décrits à travers des documents exceptionnels. Une cabane en chutes de bois sera réalisée spécialement pour l’exposition.


André Ravéreau
André Ravéreau


André Ravéreau, le signe du geste par Philippe Lauwers (Algérie)

En 1949, André Ravéreau, architecte français qui travaillait à Alger, fait un voyage à Ghardaïa, dans la vallée du M’Zab (Algérie) où, séduit dans un premier temps par l’esthétique de la ville et son architecture, il se met à l’analyser. Les habitants du M’Zab sont des Ibadites, sectateurs de la communauté islamique. Ils sont venus s’établir dans cette vallée pratiquement vierge vers le onzième siècle et sont parvenus à réaliser l’application des exigences d’une religion, d’une philosophie et d’une vie sociale, à la conception d’un espace humain et de son domaine bâti. Leur architecture fait preuve d’une pureté de conception exceptionnelle. Elle échappe aux formalismes et est parfaitement adaptée au climat. André Ravéreau a vu dans le M’Zab à la fois la rigueur de Perret et les formes exaltantes que l’on trouve chez Le Corbusier. Ses constructions sont marquées par l’enseignement du M’Zab.


Tell Beydar_Syrie
Tell Beydar_Syrie


La maison village de Tell Beydar par André Stevens (Syrie)

Construite par André Stevens (Belgique) et Mohamad Garad (Syrie), la maison-village de Tell Beydar est destinée à accueillir une mission archéologique d’une cinquantaine de personnes. Elle est bâtie sur une partie de l’ancienne enceinte circulaire de la ville de Nabada (2400 avant notre ère), en utilisant la technique traditionnelle de la brique crue faite de terre mélangée à de l’eau et de la paille hachée. Les murs ont de 50 à 75 centimètres d’épaisseur et les toitures sont faites soit de coupoles en pain de sucre, soit de rondins de populus euphratica surmontés de planchettes, d’un lit de paille et d’une finition imperméable en terre damée. Afin de limiter l’usage du bois, les architectes ont eu recours à l’arc en encorbellement déjà utilisé il y a 5000 ans. Cette variation architecturale sur les thèmes arabes et mésopotamiens est simultanément une résidence agréable et un exceptionnel chantier de formation.


Maison de bambou
Maison de bambou


Les constructions en bambou de Simon Velez Analía Garcia Ramirez (Colombie)

Le bambou est une herbe géante faisant partie de la famille des graminées. Grâce à sa morphologie creuse et à ses nœuds réguliers, sa résistance est supérieure à celle de l’acier. Il est souple, léger et flexible à volonté et possède une ininflammabilité relative. Il résiste mieux que le bois à la solvabilité de l’eau, est inoxydable, imperméable, imputrescible et ne nécessite aucun façonnage. Ressource naturelle économique et inépuisable, résistant aux tremblements de terre, le bambou a pourtant tendance à être remplacé par le béton et la brique, notamment en Amérique du Sud. Le célèbre architecte colombien Simon Velez réunit la tradition colombienne et le design structurel, l’écologie et la technologie la plus avant-gardiste dans l’utilisation de ce matériau.


La Case Obus_Fiona Meadows_Cameroun et Tcahd
La Case Obus_Fiona Meadows_Cameroun et Tcahd


La case obus, histoire et reconstruction (Tchad et Cameroun) Institut Français d’Architecture & Patrimoine Sans Frontières

Les « cases obus » sont des constructions de terre et d’herbe que l’on trouve dans le Nord Cameroun et au Tchad où vivent les Musgums, peuple de pêcheurs et d’éleveurs de poneys. Construites sur un plan circulaire, par superposition d’assises successives, pour des unités pouvant atteindre quinze à vingt mètres de hauteur, ces cases ont été de véritables curiosités coloniales. L’association Patrimoine sans frontières, chargée de la préservation de l’architecture traditionnelle Musgum, a entrepris un chantier-école qui a mené à la construction d’une concession entière de cinq cases obus grâce à une redécouverte des savoir-faire locaux.


Hacienda_Amerique latine
Hacienda_Amerique latine


Les Haciendas des Andes par André Stevens (Equateur, Pérou et Bolivie)

Partie de la Cordillère des Andes, les Andes équatoriennes entourent et protègent une longue série de petits bassins. Un décor de rêve pour que s’y implantent les haciendas, grandes exploitations rurales, fruit de l’hispanisation et de l’évangélisation des terres envahies au XVIe siècle par les conquistadores.
Les caractéristiques communes aux haciendas sont la présence d’un ou plusieurs patios empierrés autour desquels s’articulent les différents corps de l’édifice ; une galerie de pourtour qui protège les occupants de la pluie et du soleil, ainsi que la présence d’une chapelle et d’un grenier, édifice à part. Malgré quelques initiatives privées qui ont permis leur restauration, beaucoup de ces constructions ont été abandonnées dans cette région. Faire connaître les richesses de ce patrimoine méconnu, éblouissantes architectures « écologiques », ne peut qu’encourager la remise en valeur de cet héritage, tant architectural que paysager, national qu’universel.


Yazd_Iran
Yazd_Iran


Les badgirs ou tours des vents en Iran par Hervé Richard & Shiva Tolouie

La ville de Yazd se trouve sur le haut plateau du centre de l'Iran entourée par le désert, non loin de montagnes dépassant 4000 m d'altitude. Cette région au climat extrême, écrasée de chaleur en été mais où il gèle en hiver, est soumise aux vents chargés de sable du désert et ne reçoit pratiquement aucune pluie. C'est pour cela que les habitants de cette ville ont toujours dû composer avec les éléments pour façonner leur milieu. Captant les vents, canalisant l'eau depuis les montagnes, donnant forme à la terre, rendant fertile le sable, se protégeant de la chaleur trop ardente, ils ont pu rendre accueillante cette région inhospitalière. L'exemple le plus original de cette adaptation se trouve certainement dans les tours des vents qui se sont développées dans cette ville d'une manière inégalée. Captant les vents au-dessus des toits les « badgir », mot persan signifiant littéralement attrape-vents, rafraîchissent maisons et réservoirs d'eau.


Architecture verte_Toits végétaux_Amérique du nord
Architecture verte_Toits végétaux_Amérique du nord


La « Green Architecture » aux USA par Benjamin Jacquemet & Carolyn Wittendal

Alors que « l’architecture verte » est le plus souvent une démarche dite « écologique » ou esthétique, « l’architecture vivante », qui met en œuvre des systèmes de construction essentiellement basés sur le végétal et les matériaux naturels, représente une réelle alternative sensible, économique et sociale. Aux USA, la « green architecture » est intégrée dans les politiques de développement urbain. De nombreuses techniques traditionnelles et vernaculaires font partie des modes usuels de construction (terre, bois et végétal). Cette partie du parcours montre les pratiques et applications de la « green architecture » contemporaine aux USA.

Uummanaq_Gröenland
Uummanaq_Gröenland


La petite ville d’Uummanaq, à 600 kilomètres au nord du cercle polaire, est située sur une île de 12 km² au pied d’un piton en forme de cœur qui lui donne son nom. Ancien campement hivernal inuit dès le XVe siècle, elle abrite aujourd’hui une communauté de pêcheurs et chasseurs traditionnels de 2700 habitants, dont la moitié sont répartis dans sept villages avoisinants. Les tentes et les maisons de tourbe des nomades ont fait place, à partir des années 50, à des maisons unifamiliales en bois, importées en kit du Danemark et construites par leurs habitants sur les terrains de la communauté (la propriété privée du sol n’existe pas). Les conditions de vie extrêmes - deux mois de nuit polaire totale, des températures de -30°C, une mer prise par les glaces durant neuf mois et des milliers d’icebergs provenant d’un des glaciers les plus actifs au monde - imposent à la communauté de vivre en autarcie et de subvenir à ses propres besoins durant une grande partie de l’année, tout en nécessitant les services d’une cité européenne : hôpitaux, écoles, centrale thermique, etc. La vie quotidienne à Uummanaq est un bel exemple d’adaptation de l’homme à un environnement hostile.