Do not disturb - Hôtel Drake : Le Drake Hôtel dans la Ville reine
Do not disturb - Hôtel Drake
Le Drake Hôtel dans la Ville reine
Samira Azzahir, le 12 février 2007
Dès que vous entrez dans le lobby de l'hôtel Drake, vous êtes cernés de souvenirs anciens. La réouverture de cet hôtel boutique emblématique, pour la St-Valentin en 2004, a déclenché une véritable renaissance à l’échelle réduite du quartier de Queen Street West. Cet hôtel de 115 ans a eu ses moments de gloire et de déclin. Grâce au propriétaire, Jeff Stober, l’ancien asile de nuit en voie de délabrement est amoureusement ramené à la vie. Dès ses débuts, le Drake devient un centre culturel public, fréquenté autant par les voyageurs et les artistes que par les habitants du quartier.

Le Drake incarne une sorte de métaphore du concept d’hôtel, évoquant la contemplation, le fantasme et l’évasion, et interprète la relation depuis toujours privilégiée que les artistes et les hôtels entretiennent.

P. Andrej Kopac
P. Andrej Kopac




P. Jessica Rose
P. Jessica Rose


À l’issue d’une sélection méticuleuse parmi de nombreuses agences d’architecture, Stober a jeté son dévolu sur l’équipe de 3rd Uncle Design pour ses qualités d’intuition, et lui a confié la rénovation de l’hôtel en 2001. John Tong, un des partenaires de 3rd Uncle, qui a récemment reçu le titre de « Designer of the Year » (« Designer de l’année ») au Toronto Interior Design Show, édition 2005, avait déjà travaillé avec Stober auparavant et a parfaitement compris sa vision artistique et l’importance qu’il accorde à la préservation de l’intégrité architecturale du Drake.

L’espace élaboré pour cet hôtel mêle le design contemporain et les éléments historiques qu’il incorpore : Les magnifiques sols de mosaïque originaux datent de la première ouverture de l’hôtel en 1890 ; les reliquats d’une fresque décrépie et d’une maçonnerie en briques patinée ont été laissés tels quels, mariés aux ardents revêtements muraux qui créent une ambiance intimiste, et dialoguant avec des oeuvres d'artistes et d'artisans du cru. Combinant le design postmoderne et le style classique rétro, cet espace s’illustre par son originalité : Il rend hommage à son héritage historique tout en étant évolutif, libre de s’adapter à l'épanouissement artistique de son quartier.

P. Keith Pace Asciak
P. Keith Pace Asciak


L’accès aux étages est au bout du majestueux escalier en colimaçon qui s’éloigne des lieux de réjouissances collectives. Les quelques 19 chambres du Drake ont été habilement conçues pour tirer le meilleur parti d’espaces aux dimensions modestes. Le climat est discrètement créé par le recours à des lignes simples et claires, à des aménagements multifonctionnels et à des couleurs amorties. Le décor est dépouillé mais lumineux et ludique. Il intègre des œuvres d’artistes et d’artisans du quartier pour y ajouter une touche de fantaisie. L’ambiance y est décontractée et sans affectation.

P. Keith Pace Asciak
P. Keith Pace Asciak


...L'hôtel se réinvente merveilleusement, dans un style rafraîchissant qui ne compromet en rien l'essence du lieu.

www.thedrakehotel.ca