Philippe Starck : Le design en période de crise
Philippe Starck
Le design en période de crise
Floornature, le 20 septembre 2010
Cet article a été fait par www.floornature.com

Bio_Express


" J'aime ouvrir les portes du cerveau humain " - Philippe Starck

Découvrir un objet ou un lieu conçu par Philippe Starck (né en 1949), c'est entrer dans un monde d'imagination intense, de surprises fertiles et de fantasmagorie. Pendant plus de 30 années, ce créateur, designer et architecte insolite et polymorphe, en dehors des conventions, a toujours été présent dans notre quotidien, en créant des objets " bons " avant d'être beaux, et des destinations iconiques qui emmènent les membres de sa " tribu culturelle " ailleurs, hors d'eux-mêmes, et surtout, les amènent au meilleur.


De son père, inventeur et ingénieur aéronautique, il hérite très tôt le désir de créer et de rêver.  Plusieurs années et plusieurs prototypes plus tard, Philippe Starck est missionné pour travailler pour le Président français François Mitterrand. C'est également à ce moment qu'il commence à créer des meubles pour les plus grands éditeurs italiens et internationaux. Quand Philippe Starck conçoit un hôtel ou un restaurant, il travaille plutôt comme un metteur en scène, créant des scénarii pour amener et élever les gens dans un univers mental, imaginatif et créatif. Ses hôtels sont tous devenus des icônes intemporels et ont apporté une nouvelle dimension au paysage international.

Philippe Starck_Holly All.
Philippe Starck_Holly All.


A travers son concept de " design démocratique ", augmenter la qualité des objets pour baisser les prix afin de donner le meilleur au plus grand nombre, Starck est apparu comme un pionnier quand le design était destiné exclusivement à une élite. Peu de domaines n'ont pas été explorés par le créateur : des meubles pour particuliers aux maisons en vente par correspondance, des motos aux méga yachts, et même la direction artistique de projets de voyages dans l'espace… entre autres.  Les convictions écologiques de Starck étaient une évidence avant qu'elles ne deviennent populaires pour le respect de l'avenir de la planète. Très tôt déjà, il crée le catalogue Good Goods, le catalogue des non- -produits pour les non-consommateurs du futur marché moral, sa propre compagnie de nourriture organique, et plus récemment il développe le concept révolutionnaire de " l'écologie démocratique ", en créant des éoliennes personnelles à des prix accessibles, qui annoncent également des bateaux solaires, des véhicules à hydrogène…

Philippe Starck_Eolienne.
Philippe Starck_Eolienne.


Ce citoyen du monde, infatigable et rebelle, considère comme son devoir de partager sa vision éthique et subversive d'un monde plus juste et continue à être en accord et à devancer nos rêves, désirs et besoins en faisant de son travail un acte civique et politique mais toujours avec amour, poésie et humour.

Et si on parlait monsieur Starck…

G.T.: M. Starck, la première question concerne le design en période de crise.

Philippe Starck : Je suis convaincu depuis toujours que le capitalisme n'est pas le bon système, on le voit désormais avec clarté pour la première fois. Les gens commencent à dire " Oh mon Dieu, probablement le capitalisme ne fonctionne pas ". Nous le savons. C'est pourquoi, en ce qui me concerne, je suis désolé pour les victimes de la crise mais je suis content à l'idée que nous allons peut-être nous poser des questions sur le capitalisme. Ça fait des années que j'attends que quelque politicien dise " Vous savez, le moment est peut-être venu de réinventer un parti politique ou un mouvement basé sur le partage ". Je ne l'ai pas encore entendu ; c'est la raison pour laquelle j'espère dans les jours ou les mois prochains entendre quelqu'un affirmer : " Nous devons partager, nous devons maintenant inventer une nouvelle structure pour le faire. " C'est pour moi ce qui compte le plus.


Philippe Starck_Juicy Salif
Philippe Starck_Juicy Salif


La crise est une chose terrible mais c'est le bon moment pour voler un peu plus haut, pour éteindre la télé, mettre de côté les revues pendant cinq minutes et dire " Bien, nous avons peut-être l'opportunité incroyable de réinventer cette société. " C'est ça qui est important pour moi. En ce qui concerne la crise proprement dite... je ne suis heureusement pas un banquier et je suis très heureux de ne pas l'être. C'est le motif pour lequel le design n'a pas un pouvoir réel. Ce que j'ai inventé il y a trente ans, le design démocratique, était une réponse anticipée à la crise, car j'ai essayé en trente ans, et je pense y être enfin réussi, d'améliorer la qualité du produit, d'en diminuer le prix et de rendre ces produits faciles à trouver et à utiliser.

Prenons une chaise d'il y a vingt ans : la qualité était inférieure et le prix beaucoup plus élevé. Comparons-la maintenant à quelque chose du genre, indestructible, confortable, empilable et au juste prix - qui pourrait même être légèrement inférieur. Nous verrons que maintenant, théoriquement, c'est possible mais ce ne sera pas fait à cause d'une chose terrible qui arrivera, si vous voulez nous pouvons en parler ; c'est la prochaine crise. La prochaine crise est plus importante pour moi en tant qu'être humain, designer et personne qui s'est efforcée d'aider les gens à avoir une vie meilleure. La prochaine crise aura lieu dans trente ans, quand le pétrole sera presque épuisé. Quand nous n'aurons plus de pétrole ni de gaz pour nos voitures. Parfait ! Je déteste les voitures. Je veux dire par là que ça m'est égal s'il n'y aura plus d'essence à mettre dans les voitures. Nous aurons l'électricité, l'hydrogène, la fusion froide, etc. Plus de pétrole signifie toutefois plus de plastique et personne ne parle actuellement de ce que sera la société post-plastique. Nous avons tous oublié que 80/90% de notre confort, de ce qui nous est nécessaire, dérive du plastique. Si des milliards de gens ont désormais un minimum de confort, c'est parce que le plastique existe.


Philippe Starck/Bedside gun
Philippe Starck/Bedside gun


G.T.: À propos du recyclage ?

Philippe Starck : Certains disent " Oh, pas de problème. " Recycler ? Non, recycler n'est pas la bonne réponse. Le recyclage est une fausse bonne idée, un faux concept inventé, je crois, par des cyniques responsables du marketing il y a environ vingt ans pour créer l'opportunité de continuer à produire et offrir aux gens la possibilité de continuer à consommer à l'excès. Parce qu'ils disent " Tu peux continuer à consommer autant que tu veux, aucun problème : nous recyclerons tout. " Ça n'est pas vrai. En premier lieu recycler est beaucoup plus coûteux au niveau énergétique et le recyclage ne produit pas un bon matériel. On ne peut pas faire aujourd'hui une chaise comme celle-là en plastique recyclé. Ça signifie que c'est une mauvaise idée. D'autres, plus à la mode, diront que nous devons utiliser le bioplastique. Le bioplastique implique que nous devrons supprimer des milliards d'hectares d'arbres, de champs où les gens cultivent quelque chose qui peut se manger, pour planter du blé ou je ne sais quoi d'autre afin de produire du gaz pour nos grands SUV 4X4. C'est monstrueux. Nous devons refuser le biogaz. En tant que designers, nous devons refuser le bioplastique. Tous les biomatériaux sont un crime contre l'humanité.


Philippe Starck_speakers Zikmu.
Philippe Starck_speakers Zikmu.


G.T.: Une question sur la forme et les concepts des nouveaux matériaux.

Philippe Starck : le devoir d'un producteur d'idées comme moi est de toujours avoir une vision très vaste avant tout de notre changement - de l'amibe que nous étions au singe évolué que nous sommes jusqu'à ce que je ne sais ce que nous serons dans quatre milliards d'années, quand le soleil implosera. Nous avons le devoir de comprendre. Si nous ne comprenons pas le changement, nous ne pouvons pas comprendre ce tableau général et ne pouvons pas créer le juste produit pour contribuer à la qualité et à la rapidité du changement. C'est la raison pour laquelle nous devons également être cohérents avec le changement. Nous devons comprendre longtemps à l'avance quelles seront les prochaines technologies. Moi je suis le courant n'étant malheureusement pas un savant. Je suis obligé d'observer et de suivre toutes les technologies. J'en observe quelques-unes depuis quarante ans ; certaines de ces choses qui ont commencé à arriver, qui arriveront maintenant sur le marché. Je ne parlerai pas de tous ces miracles futurs mais uniquement pour vous donner une idée du caractère définitif de la matérialité, imaginez d'avoir quelque chose de totalement malléable, je ne sais pas quoi, une espèce de moule dans vos mains, vous le mettez sur la table et pensez, vous ne faîtes rien d'autre que penser : 'J'ai besoin d'une assiette pour manger,' et voilà hop... hop..., l'assiette se crée. Vous l'utilisez comme une assiette et puis " terminé ! ", hop... hop... il redevient ce qu'il était.


Philippe Starck/Miamiam cutlery
Philippe Starck/Miamiam cutlery


C'est le matériau que nous pouvons commander avec le pouvoir de l'esprit. Ça n'est pas une blague ni un rêve ; ça existe. Il s'agit de pièces de laboratoire mais ça existe. Commander ce que l'on veut avec l'esprit est possible depuis plus de vingt ans, presque trente. La mémoire, je ne sais pas quoi, a commencé à exister il y a dix ans. Ce qui signifie qu'il y a des produits qui seront sur le marché, le premier dans dix ans, le second dans moins de vingt ans. Prenons par exemple l'ordinateur - tout le monde en a un aujourd'hui - le premier était très peu puissant mais gros comme une maison, le deuxième peu puissant et gros comme une pièce, le troisième comme une grande armoire, puis comme une grande valise. Il avait la grandeur d'une petite valise il y a deux ans et maintenant simplement d'une pochette, comme l'Apple, certains sont désormais aussi petits qu'une carte de crédit et on pourra les injecter sous la peau dans dix ans.

Philippe Starck/Bedside gun.
Philippe Starck/Bedside gun.


G.T.: Les designers disparaîtront ?

Philippe Starck :
Ceci signifie qu'il n'y a plus de design car nous sommes désormais dans une foire du design. Il n'y a plus de design parce qu'il n'y a plus d'objet ; c'est une stratégie de dématérialisation. Ce n'est pas moi le prochain designer ; c'est l'entraîneur, le prof de gym, le diététicien. C'est la raison pour laquelle nous présentons aujourd'hui la nouvelle collection appelée Home Gym Office à Alias. Le prochain produit, le prochain design est le corps, d'une façon artistique et esthétiquement simple.


Philippe Starck/_Miss-K-00
Philippe Starck/_Miss-K-00


G.T.: Quel sera alors le futur de votre profession ?

Philippe Starck : Nous devons d'abord savoir ce qu'est exactement cette profession. Je ne suis plus sûr de ce qu'elle est aujourd'hui car il y a des designers qui servent tout simplement à aider le marketing à vendre davantage. Ça veut dire qu'il y a des soldats qui suivent la vieille théorie obsolète de Raymond Loewy, qui disait au cours des années cinquante aux États-Unis que " Le laid se vend mal ". Ces personnes aident à réaliser des produits plus sexy, que les gens achètent plus, produisent plus, etc. Ça s'appelle vénalité et c'est quelque chose de très cynique et de totalement obsolète. Il y a ensuite les designers qui se croient des artistes, ce qui signifie qu'ils projettent de l'art pour d'autres designers. Personne ne comprend ce qu'ils font. Il y maintenant la nouvelle génération de designers qui ont honte de l'être, ils ont honte de projeter une chaise, ils veulent être de vrais artistes et réalisent une pièce d'un million de dollars pour une seule personne. Je ne sais pas si cela est cohérent avec la crise. Je ne sais si c'est vraiment honnête et particulièrement élégant car je crois que la seule élégance moderne soit celle de partager les bonnes idées. Celui qui n'a pas une bonne idée doit se taire mais s'il pense en avoir une, il a le devoir de la partager. Il y a ensuite des designers comme moi, et j'espère plus vieux et meilleurs que moi, qui pensent avoir le devoir de répondre avec clarté aux problèmes réels, aux urgences réelles.


Philippe Starck_PH5001
Philippe Starck_PH5001


Des designers qui, comme moi, exercent toujours une espèce d'action politique - je crois que c'est pour ça que nous sommes ici aujourd'hui - indiquant une certaine direction, comme ce que nous avons présenté au cours des dernières années, l'écologie démocratique, soit des produits à un prix contenu, faciles à trouver, faciles à utiliser, des choses pour produire de l'énergie. Le premier, réalisé en collaboration avec une grosse société, sera dans le commerce en septembre. Nous sommes aussi en train de créer, avec une autre société, une maison préfabriquée écologique high-tech à un prix très contenu, pour baisser, réduire le prix des logements car c'est absolument ridicule que la deuxième dépense de la vie actuelle doive être une maison pour s'abriter du froid et de la pluie. La première dépense est la nourriture, d'accord, mais la seconde est avoir une maison, un toit. C'est incroyablement stupide. Il y a en particulier une orientation dans l'architecture de nos jours. On construit des édifices de plus en plus exceptionnels, incroyables et de plus en plus coûteux. Personne ne pense qu'il y a plus en plus de sans-logis. Si nous comparons aujourd'hui le prix d'une maison et la technologie d'une maison - égale à zéro - au prix et à la technologie d'une voiture, je déteste les voitures mais une voiture est incroyablement plus intelligente et honnête qu'une maison. Si nous appliquons la façon de penser de l'industrie pour une voiture, ou un produit analogue, à l'habitation, à la maison et à l'architecture, nous pourrions en redimensionner le prix.

G.T.: Que pouvez-vous nous dire des exigences contemporaines ?

Philippe Starck : L'attitude actuelle dans la vie, dans la société, est d'avoir avant tout quelques doutes sur ce qui nous est utile et donc avant d'acheter. Nous achetons sans doute des choses qui ne nous servent pas. Imaginons cependant d'avoir besoin d'un canapé : il faut en premier lieu vérifier si le design est excellent, pour ne pas devoir le mettre à la poubelle dans une paire d'années parce qu'il est démodé, et si le matériau est suffisamment résistant, pour qu'il dure toute la vie et pouvoir ensuite le donner aux enfants et aux petits-enfants. Ceci signifie introduire l'idée tout à fait révolutionnaire, mais absolument vieille et obsolète, de la transmission et de l'hérédité.

www.starck.com