Julie Tremblay : Tout ce que vous devriez savoir sur Julie Tremblay en 20 questions…
Julie Tremblay
Tout ce que vous devriez savoir sur Julie Tremblay en 20 questions…
Zanoah Bia, le 11 avril 2011
Bio_Express

Julie Tremblay est né dans la ville de Québec, Canada en 1972 et vit actuellement à Copenhague.

Julie Tremblay a poursuivi ses études d'art entre 1989 et 1997. En 1994, elle a été admise - après avoir étudié à l'Université Laval à Québec pendant deux ans - à l'Université Concordia en tant qu'étudiante invitée dans le département de la photographie. Pendant la même période, elle a été invitée à participer à diverses expositions à Montréal et Québec, et l'une d'entre elles fut «Jeune Photographe" à la Galerie Dazibao à Montréal, qui présentait une sélection annuelle des jeunes artistes émergents. Après avoir obtenu un Baccalauréat en Arts de l'Université Laval à Québec, elle déménage à New York en 1995 pour poursuivre une Maîtrise en Arts plastiques à l'Institut Pratt de Brooklyn d'où elle obtina une Mention d'excellence en 1997. Durant ses études à l’Institut Pratt son intérêt pour la pghotographie diminua pour laisser place à sa nouvelle passion que sont la sculpture et les installations. Dans les années suivantes, elle enseignant la sculpture, le 2-D Design et le 3-D Design (Fine Arts Foundation classes) aux Seton Hall University et William Paterson University. Les deux institutions se trouvent à New Jersey.


Julie Tremblay_Everything That Happens
Julie Tremblay_Everything That Happens


EgoDesign : Qui êtes-vous ? Comment vous décririez-vous?

Julie Tremblay : Je suis une artiste originaire de Québec (Canada), qui vit maintenant à Copenhague depuis 2005, après avoir étudié, vécu et travaillé à New York pendant dix ans. Mon principal domaine d'intérêt est la sculpture.

E.D. : Décrivez-nous un peu plus Everything That Happens ?

J.T. : “Everything That Happens” était une performance en collaboration avec Nana Francisca Schottländer, qui était reponsable pour la chorégraphie. La performance a été présentée sur la Place de la Mairie à Copenhague, le 25 août dernier. La performance mélangeait la sculpture, la danse et le happening. Elle a été conçue comme une sculpture vivante et a été inspirée par la géométrie fractale et la théorie du chaos.


Julie Tremblay_Everything That Happens
Julie Tremblay_Everything That Happens


E.D. : Quelle est votre philosophie de travail/création?

J.T. : Je crois que philosophie n'est pas le bon mot. Je crois qu’il y a plus de discipline que de philosophie derrière mon travail. La philosophie est une étude rationnelle et mon travail n'est pas toujours si rationnel que ça. Mais il est à la recherche d'une sorte de vérité, si furtive et innateignable qu’elle soit. Il y a certainement beaucoup d'idées à la base de chaque pièce, mais il n'y a pas de conclusion. Elles posent plus de questions qu’elles en répondent. Eveything That Happens est ma pièce la plus rationnelle à ce jour car les idées ont été transposées d'une manière logique, mais j'ai aussi voulu laisser l’oeuvre ouverte, pour laisser la place à l'interprétation.


Julie Tremblay_Everything That Happens
Julie Tremblay_Everything That Happens


E.D. : Quelles sont vos influences, vos inspirations ?

J.T. : J'écoute de la musique presque sans arrêt dans mon studio, et j'ai tendance à écouter les mêmes albums en boucle. Cette musique a certainement une influence sur mon travail. J'ai beaucoup (trop même !) écouté Bjork et j'aime la façon dont son processus de travail organique transparaît dans son œuvre, et je m’y retrouve. Milan Kundera a également été une influence importante pour moi, en outre pour la façon dont il consacre de centaine d'éléments psychologiques dans un seul geste. Et puis je suis aussi influencée par la vie autour de moi : les conversations, mes rêves, les images, les choses que je vois. Le matériau lui-même aussi est une influence. Je me suis souvent laissée conduire par la nature et le symbolisme d'un matériau ou d’un objet intéressant. C'est très organique comme vous pouvez le voir !


Julie Tremblay_Everything That Happens
Julie Tremblay_Everything That Happens


E.D. : Selon vous, qu’est-ce que l’art, le design ?

J.T :
Pour moi, le design est la résolution de problèmes. Le design est tellement de choses différentes, et pas seulement un bel objet fonctionnel. L'art est tout ce qui ne peut être catégoriser !

E.D. : Quels sont vos pièces maîtresses en Art, Design ? Et pourquoi ?

J.T. : En art: j’admire la perfection et la pureté des sculptures de Brancusi. En design, c’est tellement difficile de choisir que je serai tentée de dire simplement la roue ! (Rires.)

E.D. : Que présente le mot écologie pour vous ?

J.T. : C’est l’harmonie et le respect de la nature.

Julie Tremblay_Everything That Happens
Julie Tremblay_Everything That Happens


E.D. : Et le chic selon vous c’est… ?

J.T. :
La simplicité et l’attention pour le détail.

E.D. : Un designer, artiste ou architecte que vous admirez particulièrement ?

J.T. :
Il y en a tellement ! Mais je dirais Louise Bourgeois que j’ai recontré en 1998.

E.D. : Quels objets fétiches ou marques préférez-vous et pourquoi?


J.T. : J'ai perdu mon iPhone (un vol) il y a un peu plus d’un mois et il a fallu un mois de plus avant que je puisse mettre la main sur un nouveau ... Je dois avouer que j’ai détesté fonctionner sans mon iPhone pendant un mois et je pense qu'il rend la vie tellement plus facile ! Donc, l'iPhone prend la première place parmi mes objets préférés! À la maison, nous avons quelques pièces magnifiques de céramique danoise. Il y a beaucoup de jeunes céramistes danois qui font des objets fantastiques. En ce qui concerne les marques, j’adore Prada, même si je ne peux pas me le permettre. Je pense que la finesse de leur design est extraordinaire. Leurs vêtements sont toujours très bien faits et il y a un beau travail au niveau des matières. Je pense que leur fondation d'art est vraiment super aussi.

Julie Tremblay_Reflections
Julie Tremblay_Reflections


E.D. : Quelle ville vous ressemble le plus et pourquoi?

J.T. : Récemment, un de mes amis que je connais depuis environ quinze ans m’a décrit - il me presentait à une personne que je en connaissais - comme quelqu'un qui a toujours eu du panache. J'ai été flattée par cette introduction et j'aimerais croire que c'est vrai. Selon Google, Chandigarh, dans le nord de l'Inde est une ville avec panache. Donc, je vais aller avec ça, aussi parce que j'aime tellement l'Inde. Et si je peux choisir une deuxième ville - parce qu’on m’a toujours dit que j'étais drôle et un peu différente -  j’ajouterais Uusikaarlepyy, en Finlande.

E.D. :  Votre projet de rêve ?

J.T. : Everything That Happens était un projet de rêve. Mon futur projet de rêve serait d’amener Everything That Happens dans d'autres villes, d'autres places animées. Et pendant qu’on parle de rêves, j’espère aussi avoir un jour l’honneur de représenter le Canada à la Biennale de Venise...

E.D. : Selon vous, Quelle serait la meilleure utilisation des produits écologiques en art, en design ?

J.T. : Je ne peux pas penser en terme de design d'objet ou d'obejt d'art. Par contre je suis fasciné par certains qui utilisent leurs ressources naturelles (comme le vent, le soleil, l'énergie géothermique) en énergie renouvellable. Je pense que le Danemark s'en tire bien. Plus de 20% de son énergie provient exclusivement du vent et 25% de l'énergie géothermale. C'est fabuleux ça !

Julie Tremblay_Reflections
Julie Tremblay_Reflections


E.D. : Quels objets, accessoires que vous ne concevriez point et pourquoi ?

J.T. : Des fusils parce que je souhaite justement qu’on en fabrique plus !

E.D. : Qu’espérez-vous que votre travail actuel apporte aux gens ?

 J.T. : Je souhaite créer des oeuvres qui captent l'imaginaire des gens. J'espère faire des choses qui auront une vie dans la tête de ceux qui en ont faits l’expérience et que ces oeuvres modifieront leur perception, ne serait-ce qu’un tout petit peu. J’aimerais aussi que mes œuvres fassent penser et sourire. Qu’elles aient le pouvoir de transporter, de faire faire un petit voyage.

E.D. : Quelle invention rendrait votre vie meilleure ?

J.T. : Un truc qu’on pourrait mettre sur son vélo qui transformera le vent contraire en vent en poupe!


Julie Tremblay_Reflections
Julie Tremblay_Reflections


E.D. Y a t-il une grande évolution/différence entre vos premières réalisations et votre travail actuel ?

J.T. : Il ya trois ans, alors que je travaillais sur une nouvelle sculpture dans mon studio, j'ai appelée ma très chère amie et excellente peintre Patricia Satterlee pour lui parler de la nouvelle pièce sur laquelle je travaillais. Ce que je trouvais si excitant dans cette sculpture, c'est que c’était pour moi un pont entre les travaux du début de ma pratique et ceux plus récents. C'était comme si des idées vieilles de 10 ans, avait refaits surface à mon insu et pris une nouvelle peau. Patricia m’a très habilement répondu que “j’explorait mon propre infini" simplement. J'ai pensé que c’était si beau et c'est quelque chose qui est resté avec moi. Je me rends compte maintenant qu'il y a un certain nombre d'idées comme celles-là qui vont refaire surface de temps en temps tout au long ma vie et prendre une nouvelle dimension. Je suppose que je pourrais appeler ça mon propre écosystème mental ! (Rires.)

E.D. :  Vous ne pourriez pas vivre sans ?

J.T. : Je ne pourrais pas vivre sans faire de l'art. Comme Louise Bourgeois a dit quand je l'ai rencontrée chez elle, tout en frappant sur son poêle avec le poing fermé: "L'art est une garantie d’équilibre mental!" Je pense qu'il y a beaucoup de vérité dans cette pensée.

E.D. : Dernière question. Quels designers, architectes, artistes contemporains inviteriez-vous à dîner chez vous ?

J.T. : J'aimerais dîner avec Björk, Matthew Barney, Philippe Starck et Jean Nouvel... Je pense que ça ferait un dîner du tonnerre, vous ne pensez pas  ? Si vous arrangez ça, je promet d’ouvrir ma meilleure bouteille de vin ! (Rires.)

www.julietremblay.net

www.craigscottgallery.com

www.rebeccakormind.dk