Graffiti : Né dans la rue
Graffiti
Né dans la rue
Linda Chenit, le 29 juin 2009
Né dans la rue – Graffiti met en lumière l’extraordinaire vitalité d’un mouvement artistique qui a pris son essor dans les rues de New York au début des années 1970 et qui est rapidement devenu un phénomène
mondial.

Solidement ancré dans le paysage culturel, le graffiti traverse aujourd’hui les domaines des arts plastiques, du design et de la publicité. Pourtant, en dépit de son omniprésence, cette forme d’expression essentiellement illégale dont les origins et l’histoire demeurent encore peu connues du grand public, continue d’évoluer en périphérie du monde artistique contemporain. Cette exposition s’efforce de tracer les contours d’un territoire vaste et complexe, qui englobe aujourd’hui quantité de techniques, d’idées et de courants différents.


Flip One Spraying his name in New York City’s underground subway system, 1974_Flint Gennari
Flip One Spraying his name in New York City’s underground subway system, 1974_Flint Gennari


Né dans la rue – Graffiti rend hommage aux pionniers new-yorkais tels que P.H.A.S.E. 2, Part 1 et Seen, qui, avec d’autres, ont fait entrer le mouvement dans l’histoire contemporaine de l’art avec le rayonnement planétaire qu’on lui connaît. L’exposition rend également hommage à Jean-Michel Basquiat et Keith Haring qui sont aussi, à leur manière, nés dans la rue et dont l’oeuvre a connu un destin différent. Enfin, avec Vitché, Nug, Evan Roth ou encore Barry McGee, elle présente quelques-uns des acteurs les plus brillants de la scène contemporaine, reflétant ainsi la richesse et la complexité d’un mouvement qui, entre écriture et image, ne cesse de se renouveler.


Gérard Zlotykamien_Adagp, Paris, 2009_Thierry Lefébure
Gérard Zlotykamien_Adagp, Paris, 2009_Thierry Lefébure


Dans la première partie de l’exposition, un ensemble de photographies, de films et de dessins illustre l’essor du graffiti à New York, de sa naissance, au début des années 1970, à son entrée dans le marché de l’art et l’univers des médias au cours des années 1980. La Fondation Cartier invite trois des principaux pionniers du mouvement – P.H.A.S.E. 2, Part 1 et Seen – à créer de vastes oeuvres murales dans l’espace même de l’exposition. À travers une riche documentation, l’exposition révèle comment les graffeurs se sont approprié l’espace public et combien ils ont modifié activement leur environnement urbain. L’exposition a bénéficié des conseils d’Alan Ket (Ket One), l’un des graffeurs majeurs de la scène new-yorkaise, qui a organisé de nombreux projets d’édition et d’exposition consacrés au graffiti.

Joâo Wainer Sao Paulo, 2009
Joâo Wainer Sao Paulo, 2009


Enjaulado, 2008 Independencia, Santiago, Chilie Enjaulado, 2008 Independencia, Santiago, Chilie Enjaulado, 2008 Independencia, Santiago, Chilie Enjaulado, 2008_Independencia, Santiago, Chile_Basco-Vazko
Enjaulado, 2008 Independencia, Santiago, Chilie Enjaulado, 2008 Independencia, Santiago, Chilie Enjaulado, 2008 Independencia, Santiago, Chilie Enjaulado, 2008_Independencia, Santiago, Chile_Basco-Vazko


La deuxième partie de l’exposition témoigne de la vitalité actuelle du mouvement à travers des oeuvres créées spécialement pour l’événement par une sélection d’artistes venus du monde entier : Basco Vazko (Santiago du Chili), Cripta (São Paulo), JonOne (Paris), Olivier Kosta-Théfaine (Paris), Barry McGee (San Francisco), Nug (Stockholm), Evan Roth (Américain vivant à Honk-Kong), Boris Tellegen / Delta (Amsterdam), Vitché (São Paulo) et Gérard Zlotykamien (Paris).


Barry McGee
Barry McGee


Origines

C’est à la fin des années 1960 et au début de la décennie suivante que d’audacieux jeunes gens de Manhattan, du Bronx et de Brooklyn s’emparent de cette tradition d’expression libre sur les murs de la ville et modifient radicalement le graffiti urbain. Influencés par les panneaux publicitaires et la bande dessinée, ils créent une nouvelle forme d’expression en dessinant dans un style élaboré leur nom ou leurs initiales sur les murs, les bus et les trains. Pour désigner le graffiti, les pionniers du mouvement emploient le terme de writing (écriture) et se qualifient eux-mêmes de writers. À New York, le mouvement a commencé avec le tag, à savoir la signature du writer constituée de son pseudonyme, souvent accompagné du numéro de sa rue : Taki 183, Stay High 149, Barbara 62. Pour se distinguer les uns des autres, les writers élaborent des styles calligraphiques originaux, auxquels s’ajoutent motifs, étoiles et autres ornements qui visent à mettre en valeur les signatures.


Allemagne_Vitche
Allemagne_Vitche


Action Writing

Pour que leurs noms sortent du territoire limité d’un quartier et gagnent la ville entière, les writers choisissent le métro comme support privilégié. Peu à peu, la taille des graffiti augmente jusqu’à ce qu’ils recouvrent entièrement les rames. Puisant dans la culture populaire, les graffeurs introduisent au fur et à mesure des personnages de bande dessinée et des lettrages plus complexes afin de renforcer l’impact visuel de leurs créations. Tandis qu’ils élaborent dans leurs carnets de croquis les oeuvres qu’ils vont réaliser sur les trains, les graffeurs ont tous à l’esprit la recherche de la singularité du trait, de la forme et du motif.

Contraints par des conditions de réalisation difficiles, ils développent une grande maîtrise technique et une véritable beauté du geste. Présentés dans l’exposition, les photographies de Jon Naar, Henry Chalfant et Martha Cooper, ainsi que les films fondateurs Style Wars et Stations of the Elevated, sont aujourd’hui les rares témoignages de cette forme d’expression éphémère. Dès la fin des années 1970, ces creations vives et enflammées captent l’attention des artistes plasticiens, des galeries et des médias. Certaines galeries new-yorkaises commencent a exposer les travaux des graffeurs, les invitant ainsi à créer sur toile. Aujourd’hui célèbres, les artistes Jean-Michel Basquiat et Keith Haring inscrivent également à cette époque leur travail dans la rue et sur les murs du métro, dans une même énergie du geste.


Evan Roth in collaboration with KATSU, Graffiti Analysis, 2006, New York
Evan Roth in collaboration with KATSU, Graffiti Analysis, 2006, New York


« Crossing-over »

Le nombre d’artistes travaillant dans la rue a considérablement augmenté à mesure que le mouvement a pris une ampleur mondiale. Aujourd’hui, le graffiti côtoie d’autres formes d’art urbain comme l’affichage, le collage ou encore le pochoir, ouvrant des possibilités nouvelles à la création dans la ville. Bien que pour la plupart, ces oeuvres ne soient pas considérées comme des graffiti au sens propre du terme, l’emploi du lettrage, de l’illustration ou de la peinture à la bombe indique clairement qu’un grand nombre d’artistes qui interviennent dans la rue aujourd’hui ont développé leur travail en relation avec l’esthétique du graffiti.

Choisis pour la singularité de leur oeuvre et la force de leur vision artistique, les artistes invités à la Fondation Cartier reflètent la diversité de formes, de styles et d’influences du graffiti contemporain. Boris Tellegen, l’un des pionniers du mouvement aux Pays-Bas, travaille aujourd’hui en trois dimensions tandis que Nug met en scène à travers des vidéos l’intensité du geste du writer. Approfondissant un style qu’il nomme freestyle, JonOne développe sur toile une peinture abstraite inspirée du geste de la signature. Evan Roth, bien que n’étant pas lui-même un writer, utilise les nouvelles technologies pour analyser et classer les écritures, créant ainsi sa propre taxinomie du graffiti. S’inscrivant dans la longue tradition de la peinture murale en Amérique du Sud, Vitché puise son inspiration dans les cultures aztèque et indienne ainsi que dans l’esthétique du cirque. Quant à Basco Vazko, il s’intéresse à des univers aussi divers que le tatouage, le exposer les travaux des graffeurs, les invitant ainsi à créer sur toile. Aujourd’hui célèbres, les artistes Jean-Michel Basquiat et Keith Haring inscrivent également à cette époque leur travail dans la rue et sur les murs du métro, dans une même énergie du geste.


Henry Chalfant_Stanligrad, 1985
Henry Chalfant_Stanligrad, 1985


La Fondation Cartier invite également le Brésilien Cripta, l’un des représentants majeurs du Pixação, mouvement apparu à São Paulo qui renouvelle l’esthétique du graffiti en s’inscrivant de façon saisissante dans l’architecture de la ville. Un film inédit, co-produit par la Fondation Cartier, rend compte de ce phénomène radical. En collaboration avec l’association le M.U.R., deux artistes français sont invités chaque mois à créer, en direct devant le public, des affiches de très grand format qui seront présentées à la Fondation Cartier puis sur le panneau d’affichage de l’association situé au croisement des rues Saint-Maur et Oberkampf à Paris. Offrant une lecture des origines du mouvement ainsi qu’un panorama de la pluralité des écritures contemporaines, l’exposition Né dans la rue – Graffiti donne au visiteur l’occasion de découvrir une forme d’art omniprésente et en perpétuelle évolution, et de renouveler ainsi le regard que chacun porte sur la ville.

Gérard Zlotykamien - Adagp, Paris, 2009
Gérard Zlotykamien - Adagp, Paris, 2009


fondation.cartier.com