Ying Gao : L’intangible en tant que matière : créations vestimentaires
Ying Gao
L’intangible en tant que matière : créations vestimentaires
Zanoah Bia + Anne-Sophie Gauclin_Volume2, le 4 novembre 2013
Le Centre de design de l'UQAM présente une exposition consacrée aux créations vestimentaires de Ying Gao, designer de mode et professeure à l'École de design et à l'École supérieure de mode de l'UQAM. Du 14 novembre au 15 décembre prochain, le public pourra découvrir les fascinantes créations de Gao, présentées à travers le monde. Certains vêtements, en tant qu'objet de médiation entre l'homme et son environnement physique et social, intègrent différentes technologies et réagissent à leur environnement immédiat.

Réunissant art, mode et technologie, les créations de la designer montréalaise rendent matériel l'immatériel grâce à une interaction entre la matière et l'imaginaire, et entre la tangibilité du corps et l'infinie expressivité de sa mise en beauté.

L'intangible en tant que matière : créations vestimentaires de Ying Gao

Dans cette exposition, la commissaire réunit les plus récentes créations de la designer montréalaise, combinant la rigueur conceptuelle d'une pratique artistique, une recherche technique de pointe et un dialogue critique avec les différents discours de la mode.




Ying Gao/Pod_Dominique Lafond
Ying Gao/Pod_Dominique Lafond


YingGao-Credit-DominiqueLafondSelon Renee Baert : « L'intangible constitue une composante clé à la fois des concepts créatifs de Ying Gao et de la fabrication même de ses œuvres. Des éléments ne pouvant être touchés ou captés, tels que l'air sur un tissu diaphane, font partie intégrante de la structure de ses vêtements. D'autres éléments impalpables sont également inhérents à la pratique de Gao : une œuvre peut être activée par le son d'une voix, le stimulus d'un regard, un éclat de lumière, animant tant le concept, que le vêtement lui-même ».


Mimique_Dominique Lafond
Mimique_Dominique Lafond


L'intangible se manifeste aussi à travers l'idée de la mutation dans le travail de la designer, précise la commissaire : « Les vêtements changent d'aspect, se métamorphosent de manières imprévisibles. Ces transformations matérielles se perçoivent également dans les utilisations novatrices des matières. La valorisation de l'intangible pourrait ainsi constituer une prise de position philosophique, une alternative à la prédominance accordée à la présence et à la visibilité dans les traditions occidentales. La grâce esthétique des œuvres de Gao – subtiles, délicates, élégantes – élargit la définition de l'éthéré pour y accueillir la beauté ».

Michel Laforest
Michel Laforest


Création d’objets vestimentaires modulables

Ying Gao propose un voyage d’études qui invite à une réflexion sur la fonction du vêtement. Sa démarche de création, originale et rigoureuse, remet en question la notion de vêtement tel qu’on le connaît. Son travail porte sur la modularité du vêtement et sa construction en observant la transformation de l’environnement urbain. Les références conceptuelles et esthétiques des vêtements seront empruntées aux villes de Berlin et de Nagoya, et notamment à leurs systèmes de transport. Ying Gao élaborera son projet en collaboration avec deux designers berlinois ainsi qu’avec l’industriel japonais Amaike Textile Industry, inventeur du textile le plus léger du monde.


Ying Gao/Mimique_Dominique Lafond
Ying Gao/Mimique_Dominique Lafond


La période de production de ce projet s’échelonnera sur les huit prochains mois. Ying Gao diffusera à Montréal le fruit de ses recherches lors d’expositions, de conférences, de publications ou d’enseignements le présentera également à Berlin et Nagoya.

Michel Laforest
Michel Laforest


Ying Gao/Pod_Dominique Lafond
Ying Gao/Pod_Dominique Lafond


Tout ce que vous devez savoir sur Ying Gao en 20 questions...

E.D. : Qui êtes-vous / Comment vous décririez-vous?


Ying Gao : Designer, aussi professeure à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). - Ying Gao est directrice du laboratoire de design Exercices de style et professeure à l’École supérieure de mode de Montréal et à l’École de design de l’UQAM. En 2002 et 2003, elle a réalisé un double projet comprenant deux collections de vêtements « Pékin » et « Accidents de parcours » alimenté par l’architecture de la vieille ville de Pékin et de son nouveau processus d’urbanisation. De retour à Montréal depuis septembre 2003, elle s’intéresse à travers ses projets « Cardigan météorologue » (2005) et « Indice de l’indifférence » (2006), à la relation entre l’individu avec sa ville, son environnement climatique et social. Ying Gao crée deux nouveaux objets vestimentaires « Walking city » et « Living Pod » en 2007 et 2008. Il s’agit de vêtements interactifs, l’un gonflable et l’autre sensible à l’intensité lumineuse, développés en hommage au collectif d’architectes britanniques Archigram. -


ing Gao/Walk_Dominique Lafond
ing Gao/Walk_Dominique Lafond


E.D. : Décrivez-nous un peu plus votre démarche avant-gardiste de création vestimentaire liée à la transformation des villes?

Y.G.: Pour le prix Phyllis Lambert Design Montréal 2009 : Il s’agit de l’élaboration de quatre objets vestimentaires modulables faisant référence à deux villes appartenant au Réseau des villes créatives de l’UNESCO : Berlin et Nagoya. En collaboration avec le designer Karl Latraverse, ce projet est une réflexion sur la fonction du vêtement-habitacle dans les non-lieux des métropoles surmodernes. Il fait l’état de l’influence de l’architecture surmoderne sur le vêtement contemporain. Selon l’anthropologue Marc Augé (1992), la surmodernité est productrice de « non-lieux » qui expliqueraient les récents bouleversements quant au rapport de l’individu au temps et à l’espace. Les non-lieux sont définis par les installations favorisant la circulation accélérée des personnes : voies aériennes, autoroutières et grandes surfaces de distribution. Les références conceptuelles et esthétiques de ces vêtements seront deux villes UNESCO de design, Berlin et Nagoya.  


Ying Gao/Pod_Dominique Lafond
Ying Gao/Pod_Dominique Lafond


Ying Gao/Swiss_Dominique Lafond
Ying Gao/Swiss_Dominique Lafond


E.D. : Quelle est votre philosophie de création ?

Y.G.: Sensibilité + rigueur

E.D. : Quelles sont vos influences / inspirations ?


Y.G.:
Le cinéma, la musique, la typographie

E.D. : Selon vous, que signifie objet vestimentaire modulable ?


Y.G.: Un vêtement qui se réapproprie le volume afin de se transposer dans d’autres formes/fonctions/applications.


Ying Gao/Pod_Dominique Lafond
Ying Gao/Pod_Dominique Lafond


E.D. : Quels sont vos pièces maîtresses en design, mode, en architecture ? Et pourquoi ?

Y.G.: En cinéma : Le ballon rouge (Albert Lamorisse), Playtime (Jacques Tati). En architecture : Institut du Monde Arabe (Jean Nouvel) pour leur richesse tant au niveau conceptuel que formel.

E.D. : Êtes-vous préoccupée par l’écologie et pourquoi?

Y.G.: Pas vraiment, parce que trop à la mode et utilisée à toutes les sauces. Ça commence à sentir le réchauffé et ça manque outrageusement de sincérité par moment.

E.D. : Et le chic selon vous c’est… ?

Y.G.: La précision.


Ying Gao/Swiss_Dominique Lafond
Ying Gao/Swiss_Dominique Lafond


E.D. : Un(e) créateur (trice) que vous aimez / admirez particulièrement ?

Y.G.: Le photographe Raymond Depardon. J’aime également le travail d’Albert Elbaz (Lanvin)

E.D. : Quels objets fétiches ou mobilier préférez-vous et pourquoi?

Y.G.: Le frigo et son contenu

E.D. Il y a t-il une grande évolution/différence entre vos premières réalisations et votre travail actuel ?

Y.G.: Non. L’évolution ne semble pas être grande, par ailleurs elle est constante.


Ying Gao/Pod_Dominique Lafond
Ying Gao/Pod_Dominique Lafond


E.D. :  Votre projet de rêve ?

Y.G.: Avoir la vie éternelle et mourir d’épuisement

E.D. : Selon vous, Quelle serait la meilleure utilisation des produits écologiques en design, en mode ?

Y.G.: Un produit de consommation peut-il réellement être écologique ?


Ying Gao/Walk1_Dominique Lafond
Ying Gao/Walk1_Dominique Lafond


E.D. : Quels objets vestimentaires, accessoires que vous ne posséderez point et pourquoi ?

Y.G.: Des bijoux, parce que trop « supplémentaires » sur moi

E.D. : Un vêtement préféré ?


Y.G.: Vêtement préféré – un débardeur gris, signé K.


Ying Gao/Pod_Dominique Lafond
Ying Gao/Pod_Dominique Lafond


E.D.: Et Quel type de vêtement ne concevriez-vous point et pourquoi ?

Y.G. : Un type de vêtement que je ne concevrai jamais : robe de mariée

E.D. : Qu’espérez-vous que votre travail actuel apporte aux gens ?

Y.G.:
Inciter les gens à réfléchir sur l’importance d’innover.


Ying Gao/Walk_Dominique Lafond
Ying Gao/Walk_Dominique Lafond


E.D. : Quelle invention rendrait votre vie meilleure ?

Y.G.: La machine à dissuader les gens de râler, trop souvent pour rien...

E.D. : Quelle ville vous ressemble le plus et pourquoi ?

Y.G.: Montréal. Pour sa formidable scène musicale.


Ying Gao/Swiss_Dominique Lafond
Ying Gao/Swiss_Dominique Lafond


E.D. :  Vous ne pourriez pas vivre sans ?

Y.G.: L'eau

E.D. : Dernière question. Quels artistes, architectes, designers inviteriez-vous à dîner chez vous ?


Y.G.: Lino (illustrateur indépendant), Philippe Lamarre (Urbania), Dominique Lafond et Ève K. Tremblay (photographes indépendantes), Raphaël Daudelin (Feed), Céline Studer (Plug.in) ; tous des amis et parfois voisins, des gens de talent, je suis sûre qu’ils voudront venir manger chez moi !

Ying Gao/Pod_Dominique Lafond.
Ying Gao/Pod_Dominique Lafond.


Bio_Express Ying Gao

YingGao-Credit-DominiqueLafond-1Lauréate de la bourse Phyllis-Lambert Design Montréal en 2009, ses créations intégrant technologie et interactivité, diffusées à travers le monde, ont fait l'objet de nombreuses publications dans des revues et des livres consacrés à l'art et au design. Son projet Playtime figure dans le film The Capsule réalisé par Athina Rachel Tsangari et présenté dans plusieurs grands festivals de cinéma tels le Sundance Film Festival (2013) et le Toronto International Film Festival (2012). Ying Gao enseigne à l'École de design et l'École supérieure de mode de l'UQAM depuis 2003.

yinggao.ca