GénéroCité : Out There: Architecture beyond Building
GénéroCité
Out There: Architecture beyond Building
Marion Napoly, le 12 janvier 2009
GénéroCity
GénéroCity


En réponse à « Out there: Architecture beyond Building », la thématique de la Biennale d’architecture de Venise 2008 visant à explorer « l’architecture au-delà des bâtiments », le pavillon français présentait « GénéroCité », soit l’alternative du « généreux versus le générique ». Autour du collectif invité French Touch, l’exposition offre un large panorama de la scène contemporaine avec 100 projets et réalisations présentés en trois temps : hier, aujourd’hui et demain. Dans un contexte où l’architecture est sommée de répondre à l’urgence de recherches de performances énergétiques et où les contraintes budgétaires limitent de plus en plus le champ des possibles, l’exposition s’attache à démontrer, à travers la « GénéroCité » sous toutes ses formes ce que signifie donner plus : plus d’espace intérieur comme plus d’espace public. Au regard des réalisations contemporaines, l’idée de don ou de bonus prend tout son sens dans un panorama qui couvre aussi bien des logements expérimentaux conçus par Lacaton & Vassal que la gare terminus de tramway de Nice construite par Marc Barani, en passant par le bâtiment des conducteurs de bus construit par Marrec & Combarel.

GénéroCité
GénéroCité


Que donner en plus ? C’est la question fondamentale. Qu’offrir en plus qui ne soit contenu dans le programme ? c’est l’enjeu ; Prenant position contre la banalisation des villes, à l’heure de la globalisation, GénéroCité réaffirme le rôle social de l’architecte dans la définition des modes de vie et des pratiques urbaines. En orientant le débat sur la valeur de la générosité, il entend présenter les formes multiples de cette générosité en architecture et une génération d’équipes qui, en allant au delà de la seule qualité architecturale, renouvelle la création des liens sociaux autant que la fabrique de la ville.

GénéroCity
GénéroCity


Emblématiques de cette attitude, certaines oeuvres majeures font figure de pionnières en la matière. Le projet de Piano & Rogers pour le Centre Pompidou de ne pas consommer tout le terrain afin d’offrir un espace public, ou celui de Jean Nouvel et Jean-Marc Ibos pour les logements sociaux de Nemausus, selon lesquels « Un beau logement est un grand logement », sont emblématiques de cette volonté de « donner en plus ». Dans un contexte où l’architecture est sommée de répondre à l’urgence de recherches de performances énergétiques et où les contraintes budgétaires limitent de plus en plus le champ des possibles, le Pavillon français s’attache à démontrer à travers la « GénéroCité » sous toutes ses formes, historiques et actuelles, ce que signifie donner plus : plus d’espace intérieur comme plus d’espace public.

GénéroCity
GénéroCity


Au regard des réalisations contemporaines, l’idée de don ou de bonus prend tout son sens dans un panorama qui couvre aussi bien des logements expérimentaux conçus par Lacaton & Vassal à la Cité Manifeste de Mulhouse que la gare terminus de tramway de Nice construite récemment par Marc Barani dans l’entrelacs du relief et des infrastructures, en passant par le bâtiment des conducteurs de bus construit par Marrec & Combarel à Thiais… Et, s’agissant de « donner sans rien enlever au paysage » selon les termes de Francis Rambert, « l’exemple de l’Historial de la Vendée par Plan 01 nous confirme la variété infinie du champ de la GénéroCité. »

GénéroCity
GénéroCity


GénéroCity
GénéroCity


GénéroCité présente au total cent projets pensés ou développés à différentes échelles. Reflet de la vivacité de la production française, la sélection exprime, selon Francis Rambert, « la régénération du débat architectural, hors école, hors chapelle, au croisement des tendances et des contextes quotidiens variés et stimulants. » En invitant le collectif de la French Touch, le Ministère de la Culture et de la Communication et Culturesfrance souhaitent « prendre en compte toute une mouvance contemporaine, qui constitue une véritable force de proposition au regard des questions urbaines et du sujet majeur de la transformation des sites urbains et périurbains. » Un choix d’autant plus pertinent que « ce groupe d’individualités, réuni sous la bannière de l’Optimisme, a pour particularité de s’exprimer dans des actions collectives ».

La scénographie du pavillon, conçue par le collectif French Touch, elle-même porteuse de générosité, est le reflet de la réactivité de la scène française contemporaine.

GénéroCity
GénéroCity


GénéroCity_French Touch Team
GénéroCity_French Touch Team


www.citechaillot.fr