ORA-ITO : Designer audacieux
ORA-ITO
Designer audacieux
Emmanuelle Vieira, le 9 septembre 2006
Star internationale du design, Ora-Ïto a été propulsé très jeune par son audace, sur les devants de la scène. Aujourd’hui, à 27 ans, le Franco-Italien est le designer le plus courtisé de sa génération. Il multiplie les collaborations prestigieuses avec L’Oréal, Heineken, Adidas, Kenzo, Honda, Guerlain, Swatch, Nike, Toyota, B&B, Artemide, et a déjà reçu plusieurs récompenses prestigieuses. C’est aussi le plus jeune de la profession à être entré dans le cercle très fermé du catalogue de la maison Cappellini, et son site ora-ito.com est visité par plus de 200 000 internautes par mois. Ora-Ïto conçoit aussi bien des produits de grande consommation que des produits de luxe. Il réalise des sites Internet et des films d’animation, des espaces d’habitation et des espaces commerciaux. Sa spécialité ? C’est justement de ne pas en avoir ! Il pose un regard renouvelé et visionnaire sur tous les univers qu’il approche…


Ora-Ito - P. Jean-Baptiste Mondino
Ora-Ito - P. Jean-Baptiste Mondino


Parfum Adidas
Parfum Adidas


Ego : Ora-Ïto, pourquoi avoir choisi ce nom à la consonance japonaise alors que vous êtes Français?

Ora-Ïto : Lorsque j’ai démarré dans le design, j’ai voulu créer une marque et être considéré comme tel, c'est-à-dire pouvoir apposer mon logo, mon univers, au côté de celui des grandes sociétés avec lesquelles je collabore. Ora-Ïto est une anagramme de mon nom et prénom, et j’ai appris récemment qu’«ito» signifie en sioux «construire l’imaginaire»…


Ego : Vous avez étudié pendant un an dans une école de design parisienne, mais tout ce que vous savez, vous semblez l’avoir appris ailleurs…

OÏ : Oui. Je pense que le design s’apprend sur le terrain. J’ai toujours voulu être designer, aussi loin que je me souvienne… Très jeune, au pied de mon lit, j’avais les livres de Starck et de Le Corbusier, et grâce à ma famille (arrière-grand-père architecte, grand-mère styliste, père créateur), j’ai très vite baigné dans la création, toutes disciplines confondues…


Ego : Vos œuvres sont inclassables : un peu futuristes, un peu rétro, et jamais identiques d’une réalisation à l’autre. Un air de liberté plane sur toutes vos créations, qui repoussent les limites du design et brisent les frontières qui existent entre l’architecture, l’art contemporain, le design, le graphisme, l’image… Comment définiriez-vous votre travail?

OÏ : Je peux le définir en un seul mot : «simplexité» (c'est-à-dire simplicité et complexité).Tous mes projets partent de concepts très simples, et je puise mon inspiration dans l’une ou l’autre des disciplines que vous venez de nommer, mais l’effet final est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît : il renferme une multitude d’univers.

Bouteille en aluminium Heineken + bouteille d'eau Ogo
Bouteille en aluminium Heineken + bouteille d'eau Ogo


Showroom Toyota
Showroom Toyota


Ego : Parlez-nous de vos dernières réalisations en architecture.

OÏ : Je viens de terminer le showroom de Toyota sur les Champs-Élysées, et Le Cabaret, une boîte de nuit parisienne. Pour cette dernière réalisation, j’ai puisé dans mon imaginaire et dans des ambiances de films qui m’ont marqué (2001 : L’Odyssée de l’espace, Star Wars et James Bond pour le côté élégant) en ayant en tête l’idée de créer un bar traditionnel anglais, en bois avec banquettes de cuir, le tout projeté dans le futur… Pour arriver à ça, je me suis beaucoup amusé avec la lumière pour redessiner et structurer l'espace intérieur. Par exemple, j’ai intégré des éclairages de faible intensité et de couleur changeante derrière des panneaux translucides et des miroirs sans tain qui donnent l’illusion d’un univers en constante évolution. Grâce à un immense ruban de bois, j’ai pu construire l'espace par le plafond et dessiner des perspectives qui guident le visiteur d'un étage à l'autre. Cette architecture dans l’architecture était le concept de départ.


Ego : Principe que vous avez repris pour le showroom de Toyota… même si l’effet est totalement différent.

OÏ : Oui, pour le showroom de Toyota, je suis resté dans des couleurs beaucoup plus sobres, avec une prédominance de blanc, une touche de rouge et un éclairage qui joue sur un tout autre registre. L’espace de départ n’était pas le même non plus. Mais c’est vrai que, dans les deux cas, j’ai créé une structure qui s'étire sur des verticales et des horizontales pour suivre des trajectoires curvilignes qui lient le sol au plafond. Cette sorte de meuble géant qui redéfinit l'espace a des dimensions humaines, car le jeu d'échelle qu’il crée modifie complètement la perception du lieu existant pour le rendre beaucoup plus intimiste. En plus, les lignes de force de l’objet offrent des perspectives étonnantes, où que l'on soit dans l’espace, et avec la nuit elles apportent un nouveau flux sur les lieux.


Le Cabaret
Le Cabaret


Le Cabaret
Le Cabaret


Sagem myX-8
Sagem myX-8


Ego : Dans les deux conceptions, l'espace est incroyablement futuriste sans être froid, l'ambiance semble y être douce et sensuelle. Cette architecture est en tout point semblable à vos objets et à vos meubles : ce sont des créations étranges mais évidentes, assez intemporelles mais toujours logiques et humaines. On a envie de les saisir et de les tourner dans tous les sens, comme votre dernier téléphone portable, le Sagem myX-8…
 
OÏ : Merci! Ça me touche beaucoup… Avec le Sagem, il s’agit encore d’une autre aventure. Il existe tellement de portables sur le marché que je voulais revenir à quelque chose de plus simple tout en gardant l’idée d’un objet précieux et surprenant, le contraire des téléphones clinquants ou gadget. J’ai donc choisi de revenir à l’essence même du téléphone portable : un objet compact, sobre, qui sert avant tout à communiquer. J’ai opté pour une forme classique qui rappelle les électroménagers d’une autre époque, ceux qui ne se démodent pas parce que leur design est suffisamment simple pour traverser toutes les époques.


Ego : Justement, quels sont vos projets à venir?

OÏ : Je travaille sur le design des disques durs externes LaCie, sur un nouveau concept de lampe pour Artemide, et j’ai des travaux d’architecture qui se construisent un peu partout sur la planète, mais, pour l’instant, je ne peux pas en parler…


www.ora-ito.com