Prisunic & le design : Une aventure unique

Prisunic & le design
Une aventure unique

Anne Bony + Yves Gradelet, le 4 août 2008
Prisunic & ledesign_M. Duffas
Prisunic & ledesign_M. Duffas


Cette eposition rassemble une soixantaine de pièces de mobilier et d’objets domestiques et témoigne d’une époque bouillonnante où la jeunesse, aspirant à de profonds changements, bouscule tous les codes. L’innovation et la transgression sont les maîtres mots : nouvelles sources d’inspiration - françaises ou bien étrangères - nouvelles ressources, nouveaux matériaux et nouveaux procédés industriels… tous, absolument tous les champs de création sont propices à investiguer de nouvelles
pistes et concepts pour repenser le cadre de vie quotidienne. 

PRISUNIC & LE DESIGN, une aventure unique témoigne également de la politique volontaire de la marque « cible » qui a permis de soutenir une entreprise de création faisant appel à de jeunes talents français ou étrangers de l’époque. Un seul mot d’ordre : « style + qualité + prix ». En vendant du mobilier par correspondance, l’enseigne populaire a également été pionnière par le mode de distribution retenue. Par ce choix, elle a su pallier le manque d’espace au sein des magasins pour accueillir des collections de mobilier. Le catalogue représentait « de la surface de vente additionnelle ». Véritable reflet d’une époque, ce catalogue révolutionnaire, lancé en avril 1968, lui a permis de se démarquer de la concurrence. 

La restitution de cette remarquable aventure humaine, créative et industrielle, ne pouvait pas faire l’objet d’un simple catalogue d’exposition. Ainsi, le VIA, dans son souhait de s’adresser à un large public, a pris l’initiative d’éditer un ouvrage au titre éponyme de l’exposition, « Prisunic & le design ». Le VIA en a confié l’écriture à Anne Bony – notamment reconnue pour la collection « Les années » (Editions du Regard) et l’édition est réalisée en partenariat avec les éditions Alternatives au sein du Groupe Gallimard. Cet ouvrage de référence, vendu à un prix accessible au plus grand nombre, sera disponible début septembre. Poursuivant sa mission de promotion de l’innovation et de la création, le VIA profite de cet événement fédérateur en préparant pour fin septembre un colloque intitulé « Démocratisation du design pour l’habitat » ou comment faire évoluer l’offre premier équipement du secteur de l’ameublement et saisir les nouvelles opportunités qu’offre la distribution en ligne.

Prisunic & ledesign_M. Duffas
Prisunic & ledesign_M. Duffas


Studio Prusinic_prisunic & ledesign
Studio Prusinic_prisunic & ledesign


Unique, le catalogue Prisunic de vente de mobilier par correspondance est exemplaire. Lancé en avril 1968, il témoigne à la fois du bouleversement culturel que connaît la France en cette période de rupture et est l’emblème du re-nouveau de la consommation dans notre pays. Une opportunité en période de crise : un parti pris novateur qui préfigure la notion de produit de « premier équipement » accessible par tous.
Le recours pour la première fois dans ce domaine à des personnalités créatives dont le temps confirmera la notoriété : Marc Held, Gae Aulenti, Terence Conran, Marc Vaidis, Danielle Quarante, Jean-Pierre Garrault, … associé à un mode de distribution innovant pour l’époque dans le domaine de l’ameublement : la vente par correspondance. Une séparation complète avec les schémas antérieurs, utilisant toutes les ressources pour repenser l’habitat : gonflable, fibre de verre, plastiques, mousse de polyuréthane, thermoformage, détournement des peintures laquées industrielles de couleurs vives : autant de formes, de modèles et de matériaux qui ont permis aux créateurs d’offrir aux consommateurs un nouvel art de vivre au quotidien. 68 était bien dans la rue et dans les rayonnages…
Certaines pièces vont trouver des acquéreurs célèbres : le tapis/siège signé Olivier Mourgue pour Jeanne Moreau, le lit dessiné par Marc Held chez Karl Lagerfeld. Un ensemble de mobilier en toile et tube trouve place chez Edmonde Charles-Roux…

40 ans après, le VIA, plate-forme d’expression de la création dans le secteur de l’habitat et du cadre de vie, confie le commissariat de l’exposition à Francis Bruguière, Yves Cambier et Michel Cultru. En 1967, Francis Bruguière a une intuition : il faut compléter l’offre Prisunic par le meuble. Il fait appel à René Preborski, Philippe Grummer, Yves Cambier puis Michel Cultru qui l’assistent dans le développement du catalogue Prisunic de mobilier.

Prisunic&ledesign_M. Duffas
Prisunic&ledesign_M. Duffas


via_prisunic&ledesign_M. Duffas
via_prisunic&ledesign_M. Duffas


prisunic&ledesign_Studio Prisunic
prisunic&ledesign_Studio Prisunic


Ce groupe d’achat nouveau genre s’est très largement inspiré du travail de Jeanine Roszé, collaboratrice de Denise Fayolle. Cette initiative originale a bénéficié du soutien éclairé de Jacques Gueden, alors Directeur général de l’enseigne, et de l’influence complice de Denise Fayolle, directrice du bureau intégré de style et de publicité qu’elle créa en 1957. Sa devise : « du beau au prix du laid ». C’est également Denise Fayolle associée à Maïme Arnodin qui fonda en 1968 la toujours célèbre agence MAFIA. A cette période poussent aussi les centres commerciaux tels que Parly II en 1969, puis Vélizy II en 1972. Véritable laboratoire, le catalogue de meuble Prisunic est annonciateur de l’arrivée d’Habitat en France (1973) puis d’Ikea (1981). C’est d’ailleurs le trio « Francis Bruguière - Michel Cultru - Yves Cambier » qui, après avoir quitté Prisunic, implanta Habitat en France en 1973.

via_prisunic&ledesign_Studio Prisunic
via_prisunic&ledesign_Studio Prisunic


M. Duffas_prisunic&ledesign
M. Duffas_prisunic&ledesign


via_prisunic&ledesign_M. Duffas
via_prisunic&ledesign_M. Duffas


Les pièces présentées dans « PRISUNIC & LE DESIGN, une aventure unique » sont issues de musées, de collections privées, ou re-fabriquées à l’identique quand elles n’existent plus. Ponctuée par des affiches et des lithographies numérotées et signées Alechinsky, Pierre Messagier… cette exposition, scénographiée par Yves Gradelet (architecte et scénographe, VIA), rappelle le rôle important de cette expérience, à une période charnière pour le design appliqué à l’aménagement de la maison… et nous renvoie à notre époque. Elle pose la question toujours d’actualité de la démocratisation du design dans le secteur de l’ameublement.
Avec le désir de partager cette aventure unique avec les professionnels français et étrangers, le VIA et le salon Maison&Objet - réservé au professionnels - créent une exposition temporaire spécifique lors de la prochaine session, (5-9 septembre 2008). Située à l’entrée du Hall 6, elle présentera des pièces emblématiques issues du catalogue, signées des grands designers de l’époque et offrira aux visiteurs la possibilité de découvrir ou de redécouvrir cette période clé pour le design français.

Studio Prusinic_prisunic & ledesign
Studio Prusinic_prisunic & ledesign


Studio Prusinic_prisunic&ledesign
Studio Prusinic_prisunic&ledesign


Jusqu’au 30 novembre 2008

www.via.fr