Lamine Badian Kouyaté : L'architecte de Xuly Bët
Lamine Badian Kouyaté
L'architecte de Xuly Bët
V. V. + T.P., le 14 juillet 2008
Né à Bamako le 28 décembre 1962, Lamine Kouyaté - de mère sénégalaise et de père malien, il lance la marque Xuly Bët en 1989 - partage sa jeunesse entre le Mali, le Sénégal et la France, où le mènent les fonctions de son père, ministre sous Modibo Keita. Après le coup d’état de 68, le père de Lamine est emprisonné durant sept ans. Pour la famille s’ensuit un exil de deux ans à Argenteuil, puis à Dakar.
En 1982, il choisit Strasbourg pour ses études d’architecture. La mode n’occupe pas encore la place principale dans sa vie, mais en parallèle à son travail dans le bâtiment, il habille ses proches d’étoffes et de drapés. En 1986, il s’installe à Paris où il est fasciné par les vêtements des puces qui s’achètent au kilo. Il fait alors ce que font des milliers d’africains, il recycle et pallie son manque de technique en lançant un style, un concept; sa collection reflète un univers créatif nourri de culture traditionnelle africaine confrontée à la réalité urbaine, en tenant compte des désirs des femmes, de leurs revendications et leurs références, avec en fil rouge ses coutures apparentes. Sa première collection voit le jour, il adopte alors le nom de Xuly Bet - "tu veux ma photo" - en wolof.

Lamine Badian Kouyaté
Lamine Badian Kouyaté


Dès 1991, les choses s’emballent. Sa collection aux Tuileries, « Défilé tout en blanc », a tellement de succès qu’on le retrouve aux USA l’année suivante. S’ensuivront des vêtements pour les Trois Suisses, une collection avec Puma ou APC et le New York Times le couronne créateur de l’année.
Robert Altman s’inspire de lui pour le personnage joué par Forest Whitaker dans le film « Prêt-à-Porter ». Le monde s’offre à lui: prix du ministère de la Culture et de la Chambre syndicale de la Haute Couture à Paris, trophée de la mode en 1996, prix du meilleur créateur de mode auquel s’ajoute l’ouverture de sa première boutique dans l’espace créateur du Forum des Halles.

Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté
Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté


Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté
Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté


Sa collection est diffusée dans 40 pays. Comme pour Dior, Saint-Laurent, Yamamoto ou Gaultier avant lui, il y a un avant et un après Xuly Bet, une autre manière de penser le vêtement, plus cosmopolite, moins stéréotypée et complaisante mais plus en phase avec la rue, même si ce n’est qu’en apparence uniquement. «L’Afrique est un creuset d’influences, que l’on ne peut résumer d’une façon « ethnique ». Mais il est important aussi que cette Afrique multiple produise de l’émulation, de l’inspiration. Cela crée une énergie positive ». Il trimbale son crédo sur les podiums de New York, Monaco, Fort de France, Belgrade, Séoul et aussi d’Afrique (Johannesburg, Cape Town, Dakar, Cotonou, Abidjan, Niamey …). Pas étonnant que des stars internationales, qui ont de plus en plus le regard rivé sur le continent, adoptent ses vêtements à la ville comme à l’écran: Keziah Jones, Neneh Cherry, Laureen Hill, Mia Frye, Janet Jackson ou plus récemment, Ayo. Face au succès, en 2003, la marque doit envisager une réorganisation afin de mieux gérer les demandes des acheteurs professionnels et des aficionados.

Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté
Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté


Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté
Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté


Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté
Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté


La société se recadre pour prendre un nouvel essor. XULY. Bët revient alors au devant de la scène et la marque renoue de bonnes relations avec la presse, toujours intriguée par ses collections « à part ». Quinze ans après sa création, la marque a atteint l’âge de pérennité. Laboratoire du monde ancré dans sa génération, il est l’un des importateurs de nouvelles idées, d’un concept de mode hors normes et multifacettes qui correspond à l’état d’esprit du moment :
pluriculturalisme, métissage et toujours plus d’ouverture sur le monde afin de voir venir et être vu …

L’hiver 2007-2008, Naf Naf célèbre ses 34 ans en développant une collection « by Xuly Bet » qui fait suite au projet de «démocratisation de la mode».  «NafNaf by Xuly.Bët» sera commercialisée à partir de juillet 2007 dans les boutiques NafNaf en France et à l’international. Xuly Bët (« Tu veux ma photo ? » en wolof) est une mise en garde lancée à tous les voyeurs. Un style urbain, jeune  « branché » où le corps est moulé, adulé. Des matières synthétiques parfois teintes à la main au Sénégal, de la dentelle, de la fausse fourrure, des tee-shirts aux slogans provocateurs et toujours le fil rouge apparent pour suivre la trace d’une femme extravagante qui s’affiche sans complexe. A Ivry, il noue des liens avec Leclerc pour promouvoir une filière de cotton équitable au Mali. « D’autres créateurs rêvent des Etats-Unis. Moi mon Amérique, c’est l’Afrique. »


Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté
Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté


Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté
Xuly Bët by Lamine Badian Kouyaté