Herzog & de Meuron : Le duo du sublime et du pittoresque
Herzog & de Meuron
Le duo du sublime et du pittoresque
Philip Ursprung, le 29 août 2010
Pierre de Meuron
Pierre de Meuron


Par leurs positions essentiellement artistiques, les architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron (tous deux nés en 1950 à Bâle, Suisse) sont devenus des figures centrales du discours architectural. S’intéressant depuis toujours à la genèse des choses, ils parcourent, par l’imaginaire, le monde visuel, explorant époques et styles, inventions de l’homme et accidents de la nature.

Pour la conception de bâtiments tels que la très célébrée Tate Modern à Londres, ils ont joué, de concert avec leurs collaborateurs Harry Gugger et Christine Binswanger, sur cette frontière floue entre la réalité et la fantaisie, entre la prose et la poésie. En 2001, le prix Pritzker leur a été décerné pour l’ensemble de leurs réalisations.

Jacques Herzog
Jacques Herzog


Herzog & de Meuron_40 Bond interior_New York
Herzog & de Meuron_40 Bond interior_New York


Herzog & De Meuron
Herzog & De Meuron


Les architectes sont également fascinés par les vues et les matériaux ordinaires; leurs travaux explorent comment on peut les transformer en quelque chose d’étonnant. Une telle alchimie était pratiquée par des artistes comme Alberto Giacometti et Joseph Beuys - et aussi par les pharmaciens-chimistes. Le motif de la spirale qui symbolise ce changement chez Herzog & de Meuron revient constamment dans leur œuvre : depuis leur toute première proposition pour la Marktplatz à Bâle (1979), où les murmures d’une rivière souterraine devaient être acheminés à la surface par des tunnels en spirale, jusqu’aux volets en fonte de l’immeuble résidentiel et commercial Schützenmattstrasse (1984 - 1993), en passant par le sinueux système d’épuration des eaux du parc pour l’Avenida Diagonal (1989) et l’enveloppe en fils de cuivre du poste d’aiguillage d’Auf dem Wolf (1989 - 1994).

Herzog & de Meuron_Poste d'aiguillage Central CFF, Bâle
Herzog & de Meuron_Poste d'aiguillage Central CFF, Bâle


Herzog & De Meuron_Pharmacie de l'hôpital_Bâle
Herzog & De Meuron_Pharmacie de l'hôpital_Bâle


Herzog & De Meuron_Exposition à la Tate Modern Gallery_Londres
Herzog & De Meuron_Exposition à la Tate Modern Gallery_Londres


La collecte et l’organisation de matériaux sont au cœur du travail d’Herzog & de Meuron depuis le projet de l’entrepôt de Ricola à Laufen, en Suisse (1986 - 1987), qui les a fait connaître. Cette recherche se poursuit aujourd’hui dans des projets comme le spectaculaire établissement vinicole Dominus, avec ses pierres en cages. Le vif intérêt des architectes pour les archives et pour la compilation de séries correspond à un thème central des années 1970 dans le monde de l’art, notamment chez des artistes comme Robert Smithson, Bernd et Hilla Becher et Gerhard Richter.

Herzog & De Meuron_Tate Modern Gallery 2012_Londres
Herzog & De Meuron_Tate Modern Gallery 2012_Londres


Herzog & De Meuron_Tate Modern Gallery_Londres
Herzog & De Meuron_Tate Modern Gallery_Londres


Herzog & De Meuron_Stade Olympique de Pékin
Herzog & De Meuron_Stade Olympique de Pékin


L’incorporation d’impressions, de moulages et de photographies dans les projets constituera une étape décisive dans la carrière d’Herzog & de Meuron. Délaissant une approche analytique pour adopter une vision allégorique, ce processus modifiera radicalement leur travail et ouvrira des horizons nouveaux pour l’architecture.

Herzog & De Meuron
Herzog & De Meuron


Herzog & De Meuron_Prada building_Tokyo
Herzog & De Meuron_Prada building_Tokyo


Herzog & De Meuron_Prada building_Tokyo
Herzog & De Meuron_Prada building_Tokyo


Dans le travail d’Herzog & de Meuron, on note un contraste formel entre les spirales (et leur symbolisme organique) et les formes orthogonales associées à la mécanique industrielle. Pour des projets comme l’ensemble d’habitations de la Pilotengasse à Wien-Aspern (1987 - 1992), la double coque de l’agrandissement du siège de la SUVA (1988 - 1993), le dépôt de locomotives d’Auf dem Wolf (1989 - 1995) et le nouveau musée de Young (1999, réalisation prévue pour 2002 - 2004), les architectes ont créé des compositions ordonnées sur le plan rationnel à partir d’éléments qui conservent leur individualité. Ainsi, Herzog & de Meuron présentent « la simultanéité de différentes occurrences » et permettent à l’extérieur et à l’intérieur de s’interpénétrer (cf. le bâtiment pour Prada, à Tokyo). On retrouve des analogies avec cette démarche dans l’univers de la peinture et de la sculpture, des œuvres de Helmut Federle aux sculptures minimalistes de Donald Judd.

Herzog & De Meuron_Prada building_Tokyo
Herzog & De Meuron_Prada building_Tokyo


Herzog & De Meuron_Prada building_Tokyo
Herzog & De Meuron_Prada building_Tokyo


Herzog & De Meuron_The Young Museum of Arts_San Francisco
Herzog & De Meuron_The Young Museum of Arts_San Francisco


Musée M. H. de Young Memorial - San Francisco, 2005

Détruit par un tremblement de terre quelques années après son ouverture (1894) et reconstruit en 1921, il a de nouveau été abîmé en 1989.

L'existence difficile du de Young Museum de San Francisco, qui porte le nom de son fondateur l'éditeur Michael H. de Young, fermé en l'an 2000, semble s'être stabilisée en 2005, quand le nouveau bâtiment réalisé sur un dessin des architectes suisses Herzog & de Meuron a été terminé. Les auteurs du projet avaient tout d'abord pensé à une structure « diffuse » : une série de pavillons disséminés dans le Golden Gate Park, qui devaient abriter plusieurs collections représentant des cultures différentes. C'est toutefois la seconde hypothèse qui a eu le dessus : un seul édifice qui, bien que regroupant des oeuvres venues du monde entier, pouvait rendre justice à leur variété et en même temps leur procurer un point commun.

Herzog & De Meuron_The Young Museum of Arts_San Francisco
Herzog & De Meuron_The Young Museum of Arts_San Francisco


D'où l'idée de trois bandes parallèles, au milieu desquelles le parc pouvait pénétrer en donnant vie à des cours et à de grands espaces verts entre un bloc et l'autre, avec à la base le désir d'exprimer la possibilité d'une coexistence des cultures et des arts. Ces trois bandes en effet ne sont pas tout simplement juxtaposées mais interagissent les unes avec les autres en permettant aux visiteurs de profiter de l'espace de façon flexible. La recherche du contact et de l'éloignement, les liaisons et les interruptions soudaines sont la métaphore de l'échange constant entre les cultures qui restent toutefois définies dans leur identité. Grâce à cette solution, il a par ailleurs été possible de faire interagir le nouvel édifice avec le parc, en instaurant un rapport très étroit avec la nature.

Le complexe a été conçu comme un lieu ouvert, perméable, en communication avec l'extérieur et donc tourné vers la ville pour inviter les habitants et les touristes à le découvrir. C'est ce qui explique le choix de la couverture qui s'allonge pour créer une zone où socialiser, à l'abri du soleil et de la pluie. L'élément le plus frappant est néanmoins la tour dont la forme irrégulière contraste avec la linéarité de l'ensemble du projet, en devenant un nouveau symbole dans le contexte urbain. Une terrasse panoramique y offre par ailleurs une vue splendide sur le parc et sur la ville. Percé par endroits, le revêtement aux nuances cuivrées de l'édifice crée des jeux de lumière et d'ombre suggestifs : une solution qui donne beaucoup de vivacité à cette architecture à la personnalité si nette.


Herzog & De Meuron_Allianz Arena_Munich
Herzog & De Meuron_Allianz Arena_Munich


Stade Allianz Arena - Munich, 2006

C'est quelque chose de plus qu'une structure sportive ou qu'un simple stade de football : Allianz Arena est à la fois un symbole urbain fascinant, une architecture et un appareil scénique en mesure de se transformer et de transformer le paysage qui l'entoure.

Le nouveau look du Stade Allianz Arena de Munich est dû à un travail de "restyling" mis au point par les deux architectes suisses, Herzog & de Meuron, justement, auxquels on doit également le stade olympique de Pékin pour les Jeux olympiques de 2008. C'est « l'enveloppe » qui rend le nouveau stade tout à fait spectaculaire : un revêtement changeant constitué d'environ 3 000 panneaux de polytétrafluoroéthylène, qui changent de couleur durant la journée et selon les manifestations sportives. En effet, le blanc perlé quand il fait jour peut également éclairer le soir ou se transformer en rouge ou bleu, selon l'équipe qui joue et les couleurs respectives. Pour être précis, les « coussins » de l'Allianz Arena sont formés de deux feuilles d'EFTE (Éthylène Tétra Fluor Éthylène), un matériau très résistant et qui a la propriété de ne pas se déformer, sans compter qu'il est entièrement recyclable.

Herzog & De Meuron_Allianz Arena_Munich
Herzog & De Meuron_Allianz Arena_Munich


Un système de lampes fluorescentes alimentées électroniquement active cet éclairage particulier. Le grand anneau, de 840 mètres de diamètre, abrite 66 mille places assises et est complété par une structure suggestive en forme de « cratère ». Cet anneau est en fait l'élément le plus intéressant du projet, un véritable symbole lumineux devenu une attraction pour les touristes et les curieux. Les tribunes se répartissent sur 3 rangées et ont été réalisées en ciment armé, contrairement à la légèreté du revêtement. La composition de la façade et celle de la couverture sont en réalité assez semblables ; la surface est en effet constituée de panneaux rhomboïdaux de 6 à 8 mètres de long et formés de deux membranes : toutes deux transparentes pour la couverture, l'une blanche et l'autre transparente pour la façade.

Dans ce projet où l'unité ne risque pas de se confondre avec le caractère monolithique, justement grâce aux changements de couleur et de lumière, l'effet obtenu est celui d'une continuité et d'une harmonie extraordinaires. Le fait que l'Allianz Arena ne touche pas le sol en augmente encore la légèreté : les 4 mètres environ qui le séparent du plan de la place donnent l'impression d'un édifice « suspendu » et vibrant. En refusant de n'être qu'un conteneur, cette architecture sait donc devenir spectacle, événement et mise en scène.


Herzog & De Meuron_Allianz Arena_Munich
Herzog & De Meuron_Allianz Arena_Munich


Herzog & De Meuron_Stade Olympique de Pékin
Herzog & De Meuron_Stade Olympique de Pékin


Stade olympique - Pékin, 2006

Le stade qui accueillera les Jeux olympiques de 2008 est une construction « entrelacée » futuriste, bâtie sur le projet des architectes suisses Herzog et de Meuron.

Les 91 mille places assises se trouvent dans une structure circulaire avec une couverture en treillis spéciale, qui a amené les Chinois à appeler le stade « nid d'oiseau ». Le projet a remporté le concours international organisé en 2002, justement grâce à la solution originale proposée, qui s'inspire de la trame d'un nid et est formée d'une multitude de rameaux et d'entrelacements. Le fait que la « maille » ne soit pas seulement le revêtement et la couverture mais s'étende aussi aux escaliers et serve de façade rend ce projet encore plus complexe. Le matériau le plus utilisé est surtout le ciment dont sont constitués les différents rameaux du nid ; une série de « coussins » gonflables entre l'un et l'autre donne une image ouatée du stade de l'extérieur. Mis à part la valeur esthétique de cet entrelacement, il faut souligner la fonction structurale des éléments en métal qui, en se croisant et en s'entrelaçant, se soutiennent mutuellement.

Herzog & De Meuron_Stade Olympique de Pékin
Herzog & De Meuron_Stade Olympique de Pékin


Même si l'impression est celle d'une disposition au hasard et presque naturelle, les points de rencontre des différents éléments et le sens qu'ils assument à l'intérieur du nid sont le résultat de calculs précis. Les fonctions particulières de ce stade, qui sera le principal théâtre des Jeux olympiques de 2008, ont suggéré de faire en sorte qu'il puisse être entièrement fermé. Le toit est en effet une membrane transparente, à la hauteur de la zone centrale, à travers laquelle filtre la lumière provenant de l'extérieur. Le reste de la structure est recouvert d'une couche translucide qui protège contre les agents atmosphériques et d'une seconde couche qui assure l'isolation acoustique. L'architecture de Herzog et de Meuron, attentive aux matériaux et à l'application de nouvelles solutions de construction, a permis à ce projet d'être aussi une occasion d'expérimentation et de recherche, aussi bien durant la phase « créatrice » que sur le chantier.

Herzog & De Meuron_Stade Olympique de Pékin
Herzog & De Meuron_Stade Olympique de Pékin


Au centre de la zone qui abrite également les autres structures olympiques, le stade semble s'être posé comme une navette spatiale, avec une majesté silencieuse qui doit son charme en outre à la forme légèrement ondulée. Les parcours internes sont « délimités » par des éléments en ardoise et espacés par une série de bambous, par des blocs de pierre et par des petits jardins couverts.L'effet visuel est surprenant dans cet édifice, où la façade et la structure coïncident, bien que l'idée soit simple et essentielle. Sa géométrie, son dessin et ses entrelacements à la fois si naturels et si complexes ne manquent pas d'étonner, qu'on le regarde de loin ou de près.

Herzog & De Meuron_Water Cube_Munich
Herzog & De Meuron_Water Cube_Munich


VitraHaus à Weil am Rhein. Tradition et complexité. 2007

Le Vitra Campus de Weil am Rhein aura bientôt un nouveau showroom signé Herzog & de Meuron. Colorée et gaie, la VitraHaus - c'est le nom du projet - se présente comme un encastrement et une superposition de volumes aux profils quasi similaires à ceux des maisons traditionnelles : ils sont seulement plus allongés. Comme l'indique le texte de présentation du projet "Herzog & de Meuron ont fondé leur conception sur des éléments de la typlogie de l'habitat local, qu'ils ont  extrudés, puis empilés avec régularité.

Herzog & De Meuron_HDM Project
Herzog & De Meuron_HDM Project


Empilées et pressées, les maisons ont des formes simples et donnent lieu à des configurations complexes de l’espace. L'intérieur est conçu comme une séquence de vues inattendues sur le paysage. Cette intervention représente le dernier agrandissement d'un complexe sur lequel des architectes de renommée internationale tels que Frank Gehry, Zaha Hadid, Tadao Ando etc. ont déjà travaillé. La VitraHaus accueillera également des expositions et une partie de la collection ; en plus des galeries d'exposition, elle comptera une boutique, un point de restauration et une salle de conférences. La nouvelle "maison" du Vitra Campus ouvrira ses portes vers 2009.

Herzog & De Meuron_The Elbe Philharmonique de Hambourg
Herzog & De Meuron_The Elbe Philharmonique de Hambourg


Herzog & De Meuron_Lampe Jingzi _Marc Eggimann
Herzog & De Meuron_Lampe Jingzi _Marc Eggimann


Herzog & De Meuron_Exposition à la Tate Modern Gallery_Londres
Herzog & De Meuron_Exposition à la Tate Modern Gallery_Londres


Herzog & De Meuron_Lampe Jingzi_Marc Eggimann
Herzog & De Meuron_Lampe Jingzi_Marc Eggimann


Herzog & De Meuron_Flamenco Ciudad
Herzog & De Meuron_Flamenco Ciudad


Herzog & De Meuron_Laban Centre_Londres
Herzog & De Meuron_Laban Centre_Londres


Herzog & De Meuron
Herzog & De Meuron


hdmarch@access.ch