Charles & Ray Eames : Le couple mythique du design moderne
Charles & Ray Eames
Le couple mythique du design moderne
Bernadette Deloose, le 22 juin 2015
Ray & Charles Eames working_San Francisco_USA
Ray & Charles Eames working_San Francisco_USA


Il y a exactement 107 ans - 17 juin 2014 - que naquit Charles Eames dans l’état américain du Missouri. Un siècle plus tard, Eames fait partie des ténors du design du 20ième siècle. Charles Eames montra comment le design moderne peut et doit être utilisé dans le but d’améliorer la qualité de vie. Les premières créations de Eames sont commercialisées dans les années 50. Vitra AG travaille depuis 1957 en étroite collaboration avec Eames et le Eames Office. Depuis 1984, l’entreprise est le titulaire exclusif d’une licence pour les créations de Eames pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique du Sud.

Charles & Ray Eames, Rocking Chair Lounge, 1950_USA
Charles & Ray Eames, Rocking Chair Lounge, 1950_USA


Bien que les chaises créées par Charles et Ray Eames ne constituent qu’une petite partie de la totalité de leur œuvre, c’est précisément la part de leur travail qui leur a permis de poursuivre leurs expériences avec d’autres genres artistiques, et c’est précisément grâce à leurs chaises qu’ils ont acquis leur notoriété auprès du grand public. Nous distinguons quatre groupes, chacun d’eux étant unique en raison de la méthode de fabrication ou du matériau (le contreplaqué, le polyester renforcé de fibres de verre, le fil d’acier, l’aluminium) et, certainement, en ce qui concerne l’esthétique.

Charles & Ray Eames_DCW-Dining Chair Wood, 1946_USA
Charles & Ray Eames_DCW-Dining Chair Wood, 1946_USA


Expériences sur base de contreplaqué

La fabrication de meubles en contreplaqué ne constituait rien de neuf en soi. L’avant-garde estimait toutefois que le contreplaqué était un matériau bon marché qui leur permettait de réaliser des meubles abordables pour le grand public. Alvar Aalto constitua une source d’inspiration. En 1941, Charles Eames commence à expérimenter avec des formes de bois lamellé. Il est surtout motivé à produire des surfaces à double courbure en masse. L’éclatement de la seconde guerre mondiale lui permet de poursuivre ses expériences. Il produit de grandes quantités d’attelles à la demande de la marine. A la fin de la guerre, les techniques sont tellement affinées qu’elles permettent à Charles Eames de produire les formes souhaitées. Suite à une exposition au MOMA de New York, la compagnie The Herman Miller Furniture Company révèle les chaises au grand public. Le contreplaqué est d’abord cintré, ensuite moulé dans la forme souhaitée et puis durci. Ces expériences constituent la base du développement de la Lounge Chair dans les années 1950.


Charles & Ray Eames_Eames Lounge Chair & Ottoman, 1956_Hans Hansen_Vitra Collection AG_Allemagne
Charles & Ray Eames_Eames Lounge Chair & Ottoman, 1956_Hans Hansen_Vitra Collection AG_Allemagne


Eames Lounge Chair et Ottoman

Cette interprétation moderne du fauteuil club traditionnel date de 1956 et est devenue célèbre dans le monde entier. Cette création d’avant-garde est devenue un réel symbole de prestige. Les coques de l’assise et du dossier et les accoudoirs sont réalisés à partir de contreplaqué cintré et sont reliés entre eux par des raccords de caoutchouc et de métal. Les éléments amovibles du revêtement sont garnis de cuir. L’ensemble repose sur un piètement en aluminium.  Charles Eames prétendait, par cet œuvre, viser le confort ultime, réalisé à l’aide de matériaux de qualité supérieure. Exactement comme le souhaitait Eames, la chaise fait penser à un gant de base-ball doux et usagé dans lequel tout le monde voudrait s’installer pour se détendre. L’année passée, à l’occasion du cinquantenaire de la création de la chaise, Vitra a sorti une édition commémorative spéciale de seulement 999 exemplaires certifiés.


Charles & Ray Eames, Toy Elephant, 1945_Eames Office_Vitra AG_Allemagne
Charles & Ray Eames, Toy Elephant, 1945_Eames Office_Vitra AG_Allemagne


Kem Plywood Elephant

62 ans après sa création, le célèbre petit éléphant de Charles et Ray Eames sera enfin commercialisé. A l’occasion du 100ième anniversaire de la naissance de Charles Eames, Vitra lance une édition limitée. Parmi les collectionneurs, le Plywood Elephant a une renommée légendaire. Seuls deux exemplaires de cette création ont été produits. Ils furent présentés dans le cadre d'une exposition au MOMA aussitôt après leur production. A l'heure actuelle, la famille Eames possède le seul exemplaire qui subsiste encore. Avec ce petit tabouret, Charles et Ray Eames jouent avec les formes issues du monde des enfants, créant ainsi un langage des sens qui s'adresse aux enfants comme aux adultes.


Charles & Ray Eames_Fiberglass-reinforced Plastic Chairs, 1954_USA
Charles & Ray Eames_Fiberglass-reinforced Plastic Chairs, 1954_USA


Fiberglass : un nouveau matériau

En 1948, Eames met au point ses premières expériences sur base de plastique renforcé de fibres de verre, une matière que les forces aériennes américaines considèrent comme étant un matériau miracle qui permet de tout réaliser. En tout cas, il offre à Eames une plus grande liberté esthétique. Toutefois, il ne change pas énormément le design par rapport aux chaises en contreplaqué. L’argent que The Herman Miller Furniture Company investit dans la chaise Fiberglass se révèle être un des investissements les plus rentables de l’histoire de la conception mobilière américaine. Au départ, la chaise est livrée en gris et en beige. Les nombreuses couleurs gaies qui ont permis de rendre la chaise célèbre parmi les générations suivantes, sont venues compléter la gamme dans les années ‘60.


Charles & Ray Eames_Chairs DKR-2, 1951_Hans Hansen_Vitra Collections_Allemagne
Charles & Ray Eames_Chairs DKR-2, 1951_Hans Hansen_Vitra Collections_Allemagne


Charles & Ray Eames, Drawing for postcard_USA
Charles & Ray Eames, Drawing for postcard_USA


Charles & Ray Eames_Experimental Wire & Rod Chair Shell, 1951_USA
Charles & Ray Eames_Experimental Wire & Rod Chair Shell, 1951_USA


Wire Chairs

Pour la Wire Chair, Eames utilise la forme de la chaise en matériau composite. Pour cette série, la coque est toutefois réalisée en fil d’acier. Le cadre métallique, livré avec ou sans rembourrage, se combine avec plusieurs piètements, obtenant ainsi un grand nombre de variations.


Charles & Ray Eames_Developing of Aluminum Chairs, 1958_San Francisco_USA
Charles & Ray Eames_Developing of Aluminum Chairs, 1958_San Francisco_USA


Aluminium Group

Certains designers connus tels que Marcel Breuer avaient déjà travaillé l’aluminium auparavant. Toutefois, pendant longtemps, les designers estimaient que ce matériau était trop cher et peu malléable. La hausse de la production durant la guerre a cependant généré une surcapacité après 1945. Charles Eames opte au premier abord pour ce matériau en raison de sa résistance à la corrosion offerte par la technique de moulage sous pression. Le sablage permet de conférer un bel éclat aux composants en aluminium. Entre les profilés en aluminium porteurs, Eames tend un recouvrement en tissu très solide (plus tard il utilisera aussi le cuir) afin de former le dossier et l’assise.


Charles & Ray Eames_Developing of Aluminum Chairs_San Francisco_USA
Charles & Ray Eames_Developing of Aluminum Chairs_San Francisco_USA


Charles & Ray Eames, Tandem Sling Seating, 1962_Hans Hansen_Vitra Collections AG_Allemagne
Charles & Ray Eames, Tandem Sling Seating, 1962_Hans Hansen_Vitra Collections AG_Allemagne


Le concept de la chaise en aluminium constitue également le point de départ pour la création du Tandem Sling Seating, un système de siège qui était/est utilisé dans les stades, les écoles, les logements pour étudiants, les salles d’attente d’aéroports, …

Charles & Ray Eames working and developing Chairs, 1958_San Francisco_USA
Charles & Ray Eames working and developing Chairs, 1958_San Francisco_USA


Charles Eames (1907-1978) et Ray Eames (1912-1988), Le couple mythique du design moderne

Charles et Ray Eames ont donné forme à l’Amérique du vingtième siècle. Ils ont vécu tous les grands événements - la crise économique, la seconde guerre mondiale - et étaient, grâce à leurs oeuvres, les précurseurs d’importants développements sociaux : le fait que les nouvelles tendances se déplacent de la côte est de l’Amérique vers la côte ouest, la naissance de la grande industrie et l’élargissement de la culture américaine au monde entier. Avec l’appui des autorités, de l’industrie et de l’avant-garde, la campagne moderne pour la modernisation de l’Amérique d’après-guerre se met en route sous la conduite du couple Eames.

Charles & Ray Eames_Adjustable Jig by Eames Office, 1945_San Francisco_USA
Charles & Ray Eames_Adjustable Jig by Eames Office, 1945_San Francisco_USA


Depuis les années 40 jusqu’aux années 70, ils étaient les forces motrices d’une culture esthétique tout en faisant preuve d’un idéalisme et d’une diversité sans pareils : leurs meubles, jouets, bâtiments, films, expositions et livres devaient contribuer à créer une société meilleure - ils devaient non seulement mieux fonctionner mais également servir la culture et l’intellect. Actuellement, nous nous méfions quelque peu des designers qui veulent améliorer la société mais, au temps des Eames, on ne trouvait pas bizarre que des designers, des hommes d’affaires et des politiciens de premier plan aient des objectifs communs et chacun partait de l’idée qu’ils faisaient tout pour le bien de leur pays. Les designers comme Charles et Ray Eames avaient le don de pouvoir se former une image de l’avenir de l’Amérique et leurs clients - les autorités et l’industrie - disposaient des moyens politiques, financiers et techniques pour traduire en actes cette image du futur.

Charles & Ray Eames_Chair Shell Experiments, 1941-1945_San Francisco_USA
Charles & Ray Eames_Chair Shell Experiments, 1941-1945_San Francisco_USA


Charles & Ray Eames, Molded-plywood sculpture, 1943_USA
Charles & Ray Eames, Molded-plywood sculpture, 1943_USA


C’est leur propre passé qui explique le succès avec lequel les Eames ont su donner une stature à l’Amérique de leur époque. Cette histoire est en effet indissociable de l’histoire de leur pays. Les faits marquants de leur propre carrière coïncident avec des événements importants du développement de l”Amérique du vingtième siècle. Tous deux naissent avant la première guerre mondiale - Charles Eames en 1907 à St. Louis et Ray Kaiser en 1912 à Sacramento. Charles grandit dans le centre industriel des Etats-Unis. Jeune, il travaille dans des ateliers et dans des usines et c’est de là que provient aussi cet intérêt qu’il garde toute sa vie pour les machines et les relations mécaniques complexes. La photographie est l’une de ses premières passions, aussi bien d’un point de vue artistique que d’un point de vue technique. La crise économique mondiale exerce également une grande influence sur sa personnalité. Charles travaille durement pour se forger une situation comme architecte et reçoit pour cela pendant tout un temps le soutien de la Works Progress Administration, une instance qui fait partie du Roosevelt’s New Deal - précisément le type d’autorité activiste et tournée vers la culture que les deux propageraient plus tard et qui permettrait aussi de réaliser un grand nombre de leurs projets d’après-guerre.   

Ray Eames_Dot Pattern Fabric Design, 1947_San Francisco_USA
Ray Eames_Dot Pattern Fabric Design, 1947_San Francisco_USA


Charles est enthousiasmé par la façon dont l’art se trouve au service de l’économie durant les années de la dépression mais c’est Ray qui fait entrer les courants artistiques des temps modernes dans leur relation dynamique. Les idées de Ray en ce qui concerne l’art trouvent leur origine dans le théâtre, le ballet et les expositions du Collège où elle étudie, la renommée May Friend Bennett School près de Poughkeepsie dans l’état de New York. Après ses examens de fin d’études, Ray part en 1933 pour Manhattan qui est à cette époque le centre d’art moderne de l’après-guerre en Amérique. Elle commence à faire de la peinture abstraite, est l’une des premières artistes féminines de l’art abstrait en Amérique, elle expose des tableaux et étudie chez Hans Hofmann qui est un des artistes de premier plan de cette époque et plus tard un facteur de liaison important dans  l’expressionnisme abstrait.

Charles Eames_Christmas Tree, 1946_San Francisco_USA
Charles Eames_Christmas Tree, 1946_San Francisco_USA


A New York, Ray entre en contact avec des courants qui rêvent de création artistique moderne comme moyen de changer la société. Cela s’exprime aussi dans le nouveau plan d’étude de la Cranbrook Academy of Art de Detroit vers lequel Ray et Charles se sentent attirés à la fin des années 30. L’Académie de Cranbrook enseigne une conception holistique du design. Elle propose des cours d’architecture, d’art, de développement urbain et d’art artisanal. Lorsque Charles et Ray se rencontrent, il est professeur de design et elle étude le tissage, la céramique et le travail du métal. La doctrine de base de  Cranbrook, à savoir la croyance en une vie meilleure grâce à un meilleur design, continuera à les marquer tous les deux pour le reste de leur vie.

Charles & Ray Eames_Eames Office_USA
Charles & Ray Eames_Eames Office_USA


La seconde guerre mondiale offre de nouvelles possibilités de collaboration entre l’art et l’industrie. Six mois avant l’attaque sur Pearl Harbor, Charles et Ray se marient et partent pour Los Angeles, la dernière "frontier town" de l’Amérique. Ils souhaitent ici recommencer depuis le début, libérés de la pression sociale et professionnelle qu’engendrait la vie à Detroit, St. Louis ou New York. Los Angeles était le terrain d’essai idéal qui permettait à l’art du design de montrer qu’il osait s’attaquer aux défis fonctionnels encore inconnus jusqu’alors dans un pays en état de guerre. Au cours de cette guerre mondiale, la suprématie aérienne est un facteur de plus en plus décisif et Los Angeles continue à développer à cette époque sa position de centre de l’industrie aéronautique des Etats-Unis. De nombreuses personnes venues à Los Angeles avec l’espoir d’un emploi bien rémunéré dans l’industrie de la guerre aboutissent chez les grands constructeurs d’avions tels que Douglas, Lockheed et Vultee. Ces entreprises offrent également à des créateurs comme Charles et Ray Eames un regard fascinant sur l’avenir de la conception d’usines modernes ainsi que sur les nouveaux matériaux et les nouvelles techniques qui sont utilisés dans le cadre de la construction des avions.  ”Dans le cas d’un avion, on voit immédiatement les possibilités qu’offre le profil aérodynamique”, écrit Charles Eames peu après son arrivée à Los Angeles. ”Ici, on voit que l’aérodynamisme est quelque chose de sain et de bon.”

Charles & Ray Eames, Sketches_USA
Charles & Ray Eames, Sketches_USA


Griswald Raetze & Office Staff working, 1943_USA
Griswald Raetze & Office Staff working, 1943_USA


Frances Bishop, Robert Jacobsen & Ray Eames with a plaster mold for La Chaise, 1948_USA
Frances Bishop, Robert Jacobsen & Ray Eames with a plaster mold for La Chaise, 1948_USA


Il ne faudra pas attendre longtemps pour que tous deux reçoivent, avec leur petite équipe, l’occasion de concrétiser ces paroles. Ils créent et fabriquent des pièces d’avion pour l’industrie aéronautique ainsi que, à la demande des autorités américaines, des attelles et des brancards en contreplaqué moulé sous pression, destinés aux blessés de guerre. Ces partenaires leur permettent d’avoir accès à des moyens financiers et à des matériaux qui, jusqu’alors, n’étaient pas disponibles à des fins civiles. L’expérience acquise dans le moulage sous pression du bois contreplaqué conduit finalement au développement et à la production d’une série de chaises, de tables et d’écrans qui répondent exactement aux besoins de l’Amérique d’après-guerre à la recherche d’une façon d’habiter plus flexible et plus détendue. Tant au point de vue technique qu’au point de vue esthétique, les meubles des Eames étaient les plus avant-gardistes qu’on puisse trouver à l’époque sur le marché et ils ont provoqué une véritable révolution.  „Charles Eames rapprend au vingtième siècle à s’asseoir “ écrit le Washington Post.

Charles & Ray Eames_Experimental Minimum Chair, 1948_Design Museum Gent_Belgique
Charles & Ray Eames_Experimental Minimum Chair, 1948_Design Museum Gent_Belgique


Charles & Ray Eames_La Chaise, 1948_Vitra Design Museum_Allemagne
Charles & Ray Eames_La Chaise, 1948_Vitra Design Museum_Allemagne


Charles et Ray Eames ont leurs activités à une époque où on souscrit encore au principe de ”Ce qui est bon pour General Motors est bon pour l’Amérique”. Ils travaillent pour de grandes entreprises comme Westinghouse, Boeing et Polaroid. Pour le géant de l’informatique IBM, ils créent, pour plus de cinquante expositions, des films et des livres dans lesquels ils essayent de faire disparaître toute la mystique entourant les sciences naturelles et les mathématiques et de familiariser le public avec l’ordinateur qui était encore une nouveauté en ce temps-là. Puisque ces tâches exigent que soient transmises des informations toujours plus nombreuses en un laps de temps de plus en plus court, ils développent également des nouvelles méthodes pour y arriver. Leurs présentations sur plusieurs écrans de projection et leurs shows multidias leur permettent d’exprimer leur conviction qu’apprendre doit être une expérience sensuelle qui doit procurer du plaisir et aussi que les choses les plus simples peuvent nous fournir des idées importantes sur les rapports culturels et sociaux. Ces shows qui sont mis au point à la demande de grandes entreprises et de grandes institutions sont accueillis avec enthousiasme par les visiteurs des expositions universelles. Le plus grand et le plus extravagant projet de ce type fut le film ”Think” (Réfléchis) qui fut projeté sur 22 écrans et que les visiteurs ont pu découvrir dans le pavillon d’IBM au cours de l’exposition universelle de 1964 à New York.

Charles & Ray Eames, Mold for Weding Wire Chair Shells, 1951_USA
Charles & Ray Eames, Mold for Weding Wire Chair Shells, 1951_USA


Tous les projets de Charles et de Ray Eames sont un plaidoyer pour un modernisme humain qui considère que les hommes doivent être capables d’utiliser les machines pour le bien-être de la société. ”Tout comme pour tout autre outil, les hommes doivent développer les idées et suivre leur exécution“ écrit Eames dans le scénario du film réalisé en 1957 et intitulé ”The Information Machine: Creative Man and the Data Processor” (La machine de l’information: la créativité humaine et le traitement des données).

Charles & Ray Eames, ES 106 Chair, 1968_USA
Charles & Ray Eames, ES 106 Chair, 1968_USA


Charles & Ray Eames, Lounge Chair Prototype, 1945_USA
Charles & Ray Eames, Lounge Chair Prototype, 1945_USA


La période d’après-guerre, lorsque tous deux commencent à être connus, est aussi l’époque à laquelle le centre de gravité de la société américaine se déplace de plus en plus de la côte est vers la côte ouest. Les Eames ne sont pas les seuls à partir pour Los Angeles. Plus de 15 millions d’Américains déménagent vers la côte ouest pendant la guerre à la recherche d’un emploi bien rémunéré dans l’industrie de l’armement. Ce sont surtout les états de Californie, d’Oregon et de Washington avec leurs chantiers navals et leurs usines d’aviation qui subissent ainsi les changements les plus importants : rien qu’à Los Angeles et environs, 500.000 personnes s’établissent à cette époque. Les conséquences économiques et démographiques de cette migration changent pour de bon les rapports de force entre les régions et procurent à la côte ouest une nouvelle identité et une nouvelle autonomie. Après la guerre également, la prospérité économique et le climat tempéré continuent à attirer les Américains vers le sud de la Californie; la population y double entre 1949 et 1965.

Charles & Ray Eames_Armchair DAW, 1948_Studio Claerhout_Design Museum Gent_Belgique
Charles & Ray Eames_Armchair DAW, 1948_Studio Claerhout_Design Museum Gent_Belgique


Pendant ces années-là, Los Angeles et le sud de la Californie représentent le  summum du rêve américain pour le reste du monde. Il se crée là un style de vie radicalement neuf dans les maisons avec patio et les villes immenses où la voiture est roi. Des magazines tels que ”Life” et ”Vogue” publient des articles sur Charles et Ray Eames, sur la façon dont ils profitent des fruits de l’Amérique d’après-guerre et sur la manière dont ils parviennent à allier à la fois le travail et les loisirs, la vie à l’intérieur et à l’extérieur de la maison, la majesté de l’art et les images populaires, la technique la plus moderne et l’artisanat traditionnel. Les Eames et leur oeuvre semblaient originaux et nouveaux et représentaient ainsi l’incarnation de l’esprit d’indépendance et du ”self-made-man“ qui a toujours été tellement typique, déjà pour l’Amérique en général, mais pour Los Angeles en particulier. Bien qu’ils aient rarement fait de la publicité pour le Los Angeles de l’après-guerre, ils étaient néanmoins considérés comme des symboles de ce lieu mythique où l’homme avait soumis à son profit la machine, la nature et l’histoire.

Charles & Ray Eames, Wire Chairs & Eameses Bird Sculpture, 1952_USA
Charles & Ray Eames, Wire Chairs & Eameses Bird Sculpture, 1952_USA


Charles Eames & Eero Saarinen Chair, 1940_USA
Charles Eames & Eero Saarinen Chair, 1940_USA


Actuellement, quand on fait référence à cette période, on y apporte quelques nuances. Lorsque Rachel Carsons écrit son manifeste sur l’environnement ”Silent Spring” (Printemps silencieux), la plupart des nouvelles technologies et des nouveaux matériaux étaient entourés d’une aura de progressisme et d’optimisme. Une industrie florissante offrit à la classe moyenne des possibilités apparemment illimitées de s’élever sur l’échelle sociale et aux moins fortunés l’espoir de pouvoir aussi y participer un jour. Mais tout ne se passait pas de façon aussi idéale qu’il ne paraissait et des livres tels que ”The Hidden Persuaders” (La Persuasion clandestine) de Vance Packard et ”The Man in the Gray Flannel Suit” (L’homme au complet gris) critiquèrent l’esprit de consommation effrénée de l’Amérique. Et bien que le mouvement naissant en faveur des droits de l’homme et de la libération sexuelle assurait une plus grande égalité juridique dans la société américaine, ces années donnèrent néanmoins naissance à une intensification des disparités sociales et aux protestations des années ‘60. ”Tant de nos rêves se sont réalisés et maintenant, ils nous font peur”, déclarait Charles Eames en 1971. ”Nous voulions une meilleure technique et maintenant notre terre est infestée de pesticides. Nous voulions des voitures, des télévisions et des appareils ménagers et nous pensions tous que nous étions les seuls à vouloir cela.  Nos rêves se sont réalisés et le Lac Michigan en subit les préjudices. Mais cela ne signifie pas que nous avions tort de rêver. Cela signifie seulement que nous n’avons pas voulu ce qui est juste, et cela, nous devons le redresser.”

Charles & Ray Eames, Patent Drawing for plywood Chair, 1942_USA
Charles & Ray Eames, Patent Drawing for plywood Chair, 1942_USA


Les époux Eames ont toujours cru de toutes leurs forces que le design peut   ”redresser” de telles situations et peut apporter à l’homme une vie meilleure. C’est ce noble idéal qu’ils ont toujours tenté de réaliser avec élégance, esprit et beauté.

Charles & Ray Eames, Postcard promotion_USA
Charles & Ray Eames, Postcard promotion_USA


Hommage à Charles Eames

Jusqu'au 30 septembre 2007

www.designmuseumgent.be