RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Alter Architecture
Ici, ailleurs & autrement
Christine de Schaetzen, le 2 avril 2007
Yazd_Iran
Yazd_Iran
 
Les badgirs ou tours des vents en Iran par Hervé Richard & Shiva Tolouie

La ville de Yazd se trouve sur le haut plateau du centre de l'Iran entourée par le désert, non loin de montagnes dépassant 4000 m d'altitude. Cette région au climat extrême, écrasée de chaleur en été mais où il gèle en hiver, est soumise aux vents chargés de sable du désert et ne reçoit pratiquement aucune pluie. C'est pour cela que les habitants de cette ville ont toujours dû composer avec les éléments pour façonner leur milieu. Captant les vents, canalisant l'eau depuis les montagnes, donnant forme à la terre, rendant fertile le sable, se protégeant de la chaleur trop ardente, ils ont pu rendre accueillante cette région inhospitalière. L'exemple le plus original de cette adaptation se trouve certainement dans les tours des vents qui se sont développées dans cette ville d'une manière inégalée. Captant les vents au-dessus des toits les « badgir », mot persan signifiant littéralement attrape-vents, rafraîchissent maisons et réservoirs d'eau.


Architecture verte_Toits végétaux_Amérique du nord
Architecture verte_Toits végétaux_Amérique du nord
 

La « Green Architecture » aux USA par Benjamin Jacquemet & Carolyn Wittendal

Alors que « l’architecture verte » est le plus souvent une démarche dite « écologique » ou esthétique, « l’architecture vivante », qui met en œuvre des systèmes de construction essentiellement basés sur le végétal et les matériaux naturels, représente une réelle alternative sensible, économique et sociale. Aux USA, la « green architecture » est intégrée dans les politiques de développement urbain. De nombreuses techniques traditionnelles et vernaculaires font partie des modes usuels de construction (terre, bois et végétal). Cette partie du parcours montre les pratiques et applications de la « green architecture » contemporaine aux USA.

Uummanaq_Gröenland
Uummanaq_Gröenland
 
La petite ville d’Uummanaq, à 600 kilomètres au nord du cercle polaire, est située sur une île de 12 km² au pied d’un piton en forme de cœur qui lui donne son nom. Ancien campement hivernal inuit dès le XVe siècle, elle abrite aujourd’hui une communauté de pêcheurs et chasseurs traditionnels de 2700 habitants, dont la moitié sont répartis dans sept villages avoisinants. Les tentes et les maisons de tourbe des nomades ont fait place, à partir des années 50, à des maisons unifamiliales en bois, importées en kit du Danemark et construites par leurs habitants sur les terrains de la communauté (la propriété privée du sol n’existe pas). Les conditions de vie extrêmes - deux mois de nuit polaire totale, des températures de -30°C, une mer prise par les glaces durant neuf mois et des milliers d’icebergs provenant d’un des glaciers les plus actifs au monde - imposent à la communauté de vivre en autarcie et de subvenir à ses propres besoins durant une grande partie de l’année, tout en nécessitant les services d’une cité européenne : hôpitaux, écoles, centrale thermique, etc. La vie quotidienne à Uummanaq est un bel exemple d’adaptation de l’homme à un environnement hostile.


<   1  2  3  4  5  6  7  8  9    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online