RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
The Scandinavian TOUCH : IN BELGIAN FURNITURE - 1951-1966
The Scandinavian TOUCH
IN BELGIAN FURNITURE - 1951-1966
C.L., le 11 février 2010
Dans les années cinquante et soixante, la production de meubles de style scandinave était importante en Belgique. Une sélection des plus belles créations est actuellement à découvrir au Design museum Gent dans le cadre de l’exposition “The Scandinavian Touch in Belgian Furniture -  1951-1966”. Une exposition très intéressante pour les fanas du vintage et pour ceux qui souhaitent découvrir le lien entre le modernisme scandinave et son homologue belge. L’exposition met l’accent sur les meubles en particulier et montre plusieurs duos : des créations de designers belges, confrontées aux exemples scandinaves. Toute l’attention est attirée vers le meuble dont nous pouvons admirer chaque détail. Des panneaux de textes, des photos et des dessins d’étude nous montrent le contexte plus large. L’architecte d’intérieur Gilberte Claes et l’architecte d’intérieur Luc van de Wouwer ont procédé à la sélection.   

Arne Vodder – dressoir Triennale - triennial sideboard 0S 63- 0S29_Olsen P. Sibast Mobler, 1958
Arne Vodder – dressoir Triennale - triennial sideboard 0S 63- 0S29_Olsen P. Sibast Mobler, 1958
 
La Triennale de Milan donne le ton danois

À la Triennale de Milan en 1951, c’est surtout le meuble danois, caractérisé par son style sobre et humain, qui frappe l’imagination. Toutefois, la modernité du meuble danois ne signifie pas une rupture avec la tradition mais plutôt une continuité. Kaare Klint (1888-1954) introduit déjà cette idée au début des années vingt à l’Académie Royale de Copenhague. Par l’analyse de types de meubles historiques, il développe une méthodique de conception spécifique qui réduit le meuble à ses éléments essentiels. Kaare Klint recherche surtout une forme fonctionnelle et simple et jette ainsi les bases du modernisme scandinave. La percée du meuble scandinave après la seconde guerre mondiale prend son origine dans ces antécédents. En effet, à partir des années ’30, la politique scandinave est dominée par les sociaux-démocrates qui mettent en place un programme d’aide sociale basé sur l’argent du contribuable. Des maisons, des écoles, des bibliothèques et des hôpitaux sont construits à vive allure, ce qui ouvre de nouvelles possibilités. Comme dans beaucoup d’autres pays européens, les créateurs de mobilier belges portent également un intérêt particulier au “ meuble social moderne ” au début des années cinquante.

Le meuble social moderne

Les revues belges parlent de la nécessité d’un ‘mobilier populaire adapté’. Dans le contexte de la reconstruction, du nouveau vitalisme et d’une recherche de modernisation des formes dans l’architecture, l’architecture intérieure et l’art mobilier, le “ meuble social moderne ” ou ce que certains dénomment l’ “utopie du meuble esthétique et de qualité pour la masse populaire” triomphe également dans notre pays. En 1950, un groupe d’artistes et d’artisans réformistes créent à Bruxelles l’association ‘Formes Nouvelles’. Par le biais de revues spécialisées, telles que La Maison, Wonen, Streven, De Linie, Ruimte, De Nieuwe et d’expositions internationales, les créateurs découvrent les nouvelles formes scandinaves. Celles-ci les stimulent à rechercher des formes ‘simples’ et ‘fonctionnelles’ caractérisées par une esthétique discrète mais élégante. On apprécie principalement l’accent mis sur l’aspect humain, ce qui correspond à une quête du meuble ‘social’. Le Meuble Social Moderne est un des points forts du design belge du vingtième siècle. Son modernisme tempéré a d’importants points communs avec le modernisme scandinave, tant au plan conceptuel que formel.



V-Form série Paola – dressoir - sideboard P220_V-Form, 1959
V-Form série Paola – dressoir - sideboard P220_V-Form, 1959
 
Dix duos à découvrir

“The Scandinavian Touch in Belgian Furniture” montre concrètement ce processus d’influence mutuelle. Une dizaine de meubles belges et leur pendant scandinave sont présentés. Le meuble constitue le point de départ de la comparaison, la construction, le concept, le matériau et la finition sont mis en lumière.  Nous pouvons admirer des modèles d’entreprises d’ameublement belges telles que Van den Berghe Pauvers, Belform, V-Form et du designer Emiel Veranneman. Pour Van den Berghe Pauvers, le Danemark constitue la Mecque du meuble moderne au début des années cinquante. Le designer Jos de Mey (1928-2008) est imprégné de la ligne scandinave et témoigne d’un grand intérêt pour le métier. La société Belform porte également un grand intérêt pour le meuble scandinave. Outre le meuble moderne, réalisé à partir d’un concept d’Alfred Hendrickx, ils présentent aussi le meuble danois dans le show-room à Malines. La construction légère et élégante du meuble danois inspire également la société V-Form. La série Paola illustre l’amour d’une esthétique sobre et l’attention portée au matériau.  Plusieurs meubles d’Emiel Veranneman présentent également de fortes ressemblances avec des modèles danois spécifiques.

Duo 1   - Belge
V-Form série Paola – dressoir P220
Designer : équipe de V-Form – Oswald Vermaercke (1926)
Producteur : V-Form, 1959
Matériau : Teck de Bangkok, intérieur sycomore

Scandinave

Arne Vodder – dressoir Triennale 0S 63/ 0S29
Designer : Arne Vodder (1926)
Producteur : Olsen P. Sibast Mobler, 1958
Matériau : teck

Après avoir repris de son père la direction de V-Form, Oswald Vermaercke donne à la société un nouvel élan. Vermaercke met l’accent sur le meuble simple et fonctionnel, doté d’une décoration limitée. Lors de ses visites à Copenhague, Oswald Vermaercke entre en contact avec les classiques du mobilier danois. Il remarque que le teck est utilisé pour la fabrication d’une grande partie du meuble moderne danois et cela l’intrigue. Inspiré par le meuble danois, Oswald Vermaercke recherche sa propre interprétation. Dans la série Paola, le placage est étonnamment présent et déterminant dans l’aspect décoratif du meuble. La création est sobre et fonctionnelle mais s’accompagne d’une fascination pour le détail, emprunté au meuble danois. En outre, les formes modulées, les coins arrondis, et les transitions douces sont tant de détails qui donnent au meuble un cachet particulier et qui mobilisent l’attention. La série Paola se distingue par l’amour de la forme. Comparé au meuble de Finn Juhl, nous remarquons que Vermaercke fait appel à un mode de construction qui se rapproche plus d’une méthode de production industrielle. Pour les tiroirs intérieurs, il utilise du triplex de bouleau aux coulisses en multiplex. Vodder par contre utilise du bois massif et un assemblage traditionnel à queue d’aronde pour les tiroirs. Pour Vodder, l’aspect artisanal prime, tant dans le choix des matériaux, que la structure et la construction.


    1  2   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online