RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
L’architecture des Humeurs
Nouveaux modes d’agencement, de structuration et de transaction de l’architecture
David Edwards + Valérie Abrial, le 3 mai 2010
Architecture des Humeurs/R&Sie(n) - Matthieu Kavyrchine
Architecture des Humeurs/R&Sie(n) - Matthieu Kavyrchine
 
D.E.: L’injection de médicaments et de vaccins à travers la peau humaine, qui est en somme une membrane protectrice, nécessite d’affaiblir au moins temporairement cette barrière de protection. Est-il possible d’effectuer cette opération de façon répétée et en toute sécurité et, si oui, dans quel cadre pouvons-nous aujourd’hui appliquer ce genre de traitement médical ? Quelles seront ses applications futures ?

M.K. : C’est vrai, la couche extérieure de notre peau, appelée stratum corneum (SC) constitue une fascinante barrière protectrice que nous devons franchir pour effectuer correctement les injections. Le franchissement de cette barrière est un phénomène que nous utilisons déjà : par exemple les patches de substitution au tabac diffusent de la nicotine à travers la SC. Cette technique est rendue possible par la petite taille des molécules de nicotine (inférieure au seuil de poids moléculaire de 500 Da). Toutefois, pour beaucoup d’autres médicaments, notamment les vaccins, la seule diffusion passive ne fonctionne pas car leur poids moléculaire est beaucoup trop élevé. C’est pourquoi des approches alternatives sont en cours de développement (par exemple les micro-aiguilles) et les études ont montré qu’elles permettent d’injecter des médicaments et des vaccins de façon répétée en toute sécurité. Très peu de ces instruments sont actuellement sur le marché, mais leur présence devrait bientôt se développer. Je pense qu’à l’avenir leur application s’étendra à de nombreux traitements médicaux, notamment l’injection de vaccins plus efficaces et moins coûteux dans les pays en voie de développement, ce qui me tient beaucoup à coeur.


Architecture des Humeurs/R&Sie(n) - Matthieu Kavyrchine
Architecture des Humeurs/R&Sie(n) - Matthieu Kavyrchine
 
D.E. : En quoi les micro-aiguilles constituent-elles une approche particulièrement efficace dans le cadre de l’extraction biomoléculaire à travers la peau ? Quels sont les obstacles qui retardent la mise en pratique de cette technologie ? Dans quel cadre pensez-vous la voir apparaître en premier (pour quelle application) ?

M.K. : Je pense qu’elles fonctionnent très bien parce qu’elles permettent d’effectuer un « prélèvement » à un endroit de la peau particulièrement riche en biomarqueurs, juste en dessous de la surface (généralement à une profondeur inférieure à la largeur d’un cheveu). De plus, les micro-aiguilles ne provoquent aucune douleur. Par ailleurs, en sélectionnant les surfaces de la peau, il est possible d’extraire uniquement certains biomarqueurs, et donc de supprimer ou de réduire le traitement de l’échantillon extrait du corps. Il s’agit d’une technique radicalement différente de l’approche actuelle, qui nécessite une prise de sang ou une biopsie du tissu. Comme pour toutes les technologies de plateforme, le défi consiste à trouver le bon équilibre entre les possibilités techniques et l’application médicale. Nous sommes encore à la recherche du bon équilibre : je pense que cette technologie présente un grand potentiel, en particulier pour le dépistage de maladies (par exemple les virus). À long terme, l’amélioration de la détection précoce du cancer aura un impact énorme.


Architecture des Humeurs/R&Sie(n) - Matthieu Kavyrchine
Architecture des Humeurs/R&Sie(n) - Matthieu Kavyrchine
 
D.E. : Votre vie de scientifique est plutôt bien remplie, qu’est-ce qui vous a poussé à collaborer avec François Roche sur ce projet ?

M.K. :
Ce qui m’intéresse, c’est le processus créatif qui unit les bons scientifiques et les artistes. La créativité est une bouffée d’oxygène pour nous. Lorsqu’on travaille avec François, les idées créatives fusent de toutes parts.

Mark Kendall_Bio

Le Professeur Mark Kendall a plus de 12 ans d’expérience dans le domaine de la recherche des gènes et délivrances de médicaments sans intraveineuse grâce aux micro-nanostructures. Il est l’auteur de plus d’une centaine d’articles et est référencé dans de nombreux journaux spécialisés. Mark Kendall est également l’inventeur de plus de vingt cinq brevets et a travaillé avec de nombreux partenaires industriels dans le domaine des transferts de technologie, de leur concept à leur commercialisation. Il a été invité à de nombreuses conférences dans divers pays. Sa technologie biolistique a été commercialisée grâce à PowderMed (une compagnie de transfert de technologie) achetée par Pfi zer en 2006. Mark Kendall fait désormais partie de l’université de Queensland après huit années passées à l’université d’Oxford, en tant que Directeur associé du PowederJect Centre for Gene and Drug Delivery Research, et en tant que chercheur et lecteur au sein de Magdalen College. Parallèlement à ses recherches à l’université de Queensland, Mark Kendall enseigne également la mécanique biomédicale des fl uides à des étudiants de premier cycle.

www.lelaboratoire.org


www.new-territories.com


<   1  2  3  4  5    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online