RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Pierre Soulages
Peintre du noir et de la lumière
Hans-Ulrich Obrist + Cédric Moullier, le 8 avril 2013
Pierre Soulages/Pierre Soulages_Collection Centre Pompidou, Musée national d'art moderner_RMN_Adagp, Paris 2009
Pierre Soulages/Pierre Soulages_Collection Centre Pompidou, Musée national d'art moderner_RMN_Adagp, Paris 2009
 
H.-U.O. : L’outil que vous utilisez, c’est donc bien la lumière, pas le noir…

P.S. : Exactement. C’est la lumière réfléchie par la couleur noire. J’ai inventé un mot pour expliquer ce phénomène : c’est l’« outrenoir ».

H.-U.O. : Comment définiriez-vous l’outrenoir en 2009 ?

P.S. :
C’est un autre champ mental que celui du noir. L’art est toujours une question de champ mental. Cet espace « autre », devant la toile même, crée un rapport différent à l’espace. Et un rapport différent au temps. Et donne une présence intense à l’oeuvre. La notion de présence est capitale en art. Quand un tableau renvoie à un sujet, sa présence s’affaiblit. Un tableau doit être présent au moment où on le regarde. Ce que j’aime, c’est la force de sa présence. (…)


Pierre Soulages/Soulages sans titre 4-8
Pierre Soulages/Soulages sans titre 4-8
 
H.-U.O. : Revenons à la couleur noire. Vous dites qu’il s’agit là d’une couleur violente, qui a éliminé les autres. Pour vous c’est aussi une passion.

P.S. : Le noir m’a d’abord intéressé par son rapport aux autres couleurs, c’est un contraste. À côté de lui, même une couleur sombre s’illumine. Pour intensifier un blanc, c’est pareil. Quant au noir absolu, il n’existe pas. Ou n’existe que dans les grottes. Je trouve d’ailleurs fascinant que les hommes soient descendus dans les endroits les plus sombres, dans le noir total de la grotte pour y peindre avec… du noir. La couleur noire est une couleur d’origine. Et aussi de notre origine. Avant de naître, avant de « voir le jour », nous sommes tous dans le noir. Et le premier à avoir fait un carré noir, c’est Robert Fludd en 1617. C’était un Rose-Croix. Les rosicruciens pensaient, je crois, que le monde avait commencé dans le noir et finirait dans le noir.

H.-U.O. : Avant Malevitch ?


P.S. : Effectivement, quelques siècles avant.

H.-U.O. : Que représente la couleur noire à vos yeux ?

P.S. : Dans les symboles, le noir est une couleur contradictoire. Il renvoie aussi bien à l’anarchie qu’à l’officialité. Il est aussi bien de fête que d’austérité et de deuil. Pour moi, il est loin de toute valeur symbolique, il me passionne par les pouvoirs picturaux qu’il recèle.


Pierre Soulages/Soulages_Original lithographie1970
Pierre Soulages/Soulages_Original lithographie1970
 
H.-U.O. : C’est une couleur qui vous a depuis longtemps fasciné…

P.S. : C’est vrai. Enfant, je préférais tremper mes pinceaux dans l’encre noire plutôt que d’employer des couleurs. On m’a raconté que je faisais de grands traits noirs sur le papier, j’aurais répondu que je faisais de la neige…

H.-U.O. : Marcel Duchamp a dit, en substance, que le spectateur fait la moitié du travail…

P.S. : Sa participation est plus importante encore et d’une autre nature ! (…)

H.-U.O. : La particularité de vos toiles, c’est qu’elles n’ont pas de titre.

P.S. : Si ! Un titre : c’est la dimension de l’oeuvre. Et la date aussi. J’ai toujours souhaité que mes toiles aient un statut d’objet ou plutôt de chose. C’est pourquoi le titre se limite à leur matérialité qui s’affirme encore avec les toiles fixées entre sol et plafond sur des câbles. Une toile sur un mur, c’est une sorte de fenêtre. Sur des câbles, elle devient un mur.

H.-U.O. : Ainsi, les toiles divisent l’espace.

P.S. : Elles le rythment. Elles créent un espace différent. Une partie de l’exposition au Centre Pompidou est présentée sur ce principe que j’utilise depuis 1966.


<   1  2  3  4   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online