RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Cai Guo-Qiang
Je veux croire
F.G.R., le 27 juillet 2009
Cai Guo-Qiang/Century mushrooms
Cai Guo-Qiang/Century mushrooms
 
Projets d’explosion : une “Destruction créative”

La poudre à canon –en chinois, littéralement, “médecine de feu”– est l’une des inventions chinoises les plus fameuses. Cai a commencé à appliquer de la poudre et des mèches afin de créer des projets d’explosion destinés à une audience publique. Comme support physique, il a recours à des surfaces et des structures préexistantes. Les premiers projets duraient de une à quinze secondes mais, depuis, la pratique de Cai a spectaculairement évolué. Il produit aujourd’hui des projets d’explosion aérienne souvent mis au point avec des pyrotechniciens professionnels. Plus récemment, l’artiste a mis à profit l’informatique pour concevoir des structures pyrotechniques permettant d’aboutir à des explosions plus précises et recherchées. Les projets d’explosion de Cai sont fréquemment le fruit de commandes de musées, biennales d’art ou agences nationales et internationales.

En tant qu’oeuvres temporaires destinées à être exécutées en public et en direct, les projets d’explosion fonctionnent comme des performances dont l’impact (vacarme assourdissant des explosions, lumière des flammes, nuages de fumée et restes en suspension) tient autant du chaos le plus violent que de la célébration rituelle. Et, dans la tradition de l’art éphémère, ces projets ne peuvent être connus qu’à travers leur documentation : photos, vidéos et dessins.


Cai Guo-Qiang/2008_Foot prints
Cai Guo-Qiang/2008_Foot prints
 
Quelques-unes des principales pièces du début de la carrière de Cai Guo-Qiang sont visibles ici, dont une série de vidéos qui illustrent la batterie de projets d’explosion exécutés dans plus de vingt villes depuis 1989, et les dessins à la poudre qui leur sont associés, comme Mouvement foetal II : projet pour extraterrestres nº 9 (1992), de la série Projets pour extraterrestres dont d’autres éléments sont aussi présentés à Bilbao. Pour l’artiste, imaginer qu’il existe une intelligence extraterrestre implique une démarche proche de la fonction de l’art : arriver à concevoir la coexistence de deux ou de multiples réalités. La consigne I want to believe (“Je veux croire”, popularisée, sans que l’artiste le sache, par la série américaine de science-fiction X-files ), apparaît sur une affiche dans l’atelier de Cai et résume l’idéalisme mystique qui sous-tend une activité artistique protéiforme.

Cai Guo-Qiang/Great wall
Cai Guo-Qiang/Great wall
 
Depuis le milieu des années 1990, en s’emparant du champignon atomique, Cai s’est proposé de faire en sorte que cette mémorable icône du XXe siècle jette une lumière sur notre conscience collective en la présentant sous forme d’oeuvre d’art. L’exposition du musée Guggenheim Bilbao réunit les exemplaires les plus significatifs des dessins à la poudre et des vidéos des projets d’explosion de sa série Le siècle des champignons atomiques : Projet pour le XXe siècle (1995–96), y compris un album récemment acquis par le musée Solomon R. Guggenheim, Dessin pour Le siècle des champignons atomiques : Projet pour le XXe siècle (1995–96), qui juxtapose les images d’un champignon atomique et de deux véritables champignons lingzhi , utilisés en médecine traditionnelle chinoise à des fins thérapeutiques.

De plus, la rétrospective compte aussi Dessin pour Empreintes de l’histoire (2008), un grand dessin panoramique à la poudre de plus de 33 mètres de long, récemment créé pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Beijing 2008. Cai a exercé la fonction de directeur des effets spéciaux et visuels au sein de l’équipe chargée d’organiser les cérémonies d’inauguration et de clôture, toutes les deux conçues comme d’énormes spectacles pour une audience massive représentant un tiers de la population mondiale.


<   1  2  3  4  5   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online