RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Graffiti
Né dans la rue
Linda Chenit, le 29 juin 2009
Evan Roth in collaboration with KATSU, Graffiti Analysis, 2006, New York
Evan Roth in collaboration with KATSU, Graffiti Analysis, 2006, New York
 
« Crossing-over »

Le nombre d’artistes travaillant dans la rue a considérablement augmenté à mesure que le mouvement a pris une ampleur mondiale. Aujourd’hui, le graffiti côtoie d’autres formes d’art urbain comme l’affichage, le collage ou encore le pochoir, ouvrant des possibilités nouvelles à la création dans la ville. Bien que pour la plupart, ces oeuvres ne soient pas considérées comme des graffiti au sens propre du terme, l’emploi du lettrage, de l’illustration ou de la peinture à la bombe indique clairement qu’un grand nombre d’artistes qui interviennent dans la rue aujourd’hui ont développé leur travail en relation avec l’esthétique du graffiti.

Choisis pour la singularité de leur oeuvre et la force de leur vision artistique, les artistes invités à la Fondation Cartier reflètent la diversité de formes, de styles et d’influences du graffiti contemporain. Boris Tellegen, l’un des pionniers du mouvement aux Pays-Bas, travaille aujourd’hui en trois dimensions tandis que Nug met en scène à travers des vidéos l’intensité du geste du writer. Approfondissant un style qu’il nomme freestyle, JonOne développe sur toile une peinture abstraite inspirée du geste de la signature. Evan Roth, bien que n’étant pas lui-même un writer, utilise les nouvelles technologies pour analyser et classer les écritures, créant ainsi sa propre taxinomie du graffiti. S’inscrivant dans la longue tradition de la peinture murale en Amérique du Sud, Vitché puise son inspiration dans les cultures aztèque et indienne ainsi que dans l’esthétique du cirque. Quant à Basco Vazko, il s’intéresse à des univers aussi divers que le tatouage, le exposer les travaux des graffeurs, les invitant ainsi à créer sur toile. Aujourd’hui célèbres, les artistes Jean-Michel Basquiat et Keith Haring inscrivent également à cette époque leur travail dans la rue et sur les murs du métro, dans une même énergie du geste.


Henry Chalfant_Stanligrad, 1985
Henry Chalfant_Stanligrad, 1985
 
La Fondation Cartier invite également le Brésilien Cripta, l’un des représentants majeurs du Pixação, mouvement apparu à São Paulo qui renouvelle l’esthétique du graffiti en s’inscrivant de façon saisissante dans l’architecture de la ville. Un film inédit, co-produit par la Fondation Cartier, rend compte de ce phénomène radical. En collaboration avec l’association le M.U.R., deux artistes français sont invités chaque mois à créer, en direct devant le public, des affiches de très grand format qui seront présentées à la Fondation Cartier puis sur le panneau d’affichage de l’association situé au croisement des rues Saint-Maur et Oberkampf à Paris. Offrant une lecture des origines du mouvement ainsi qu’un panorama de la pluralité des écritures contemporaines, l’exposition Né dans la rue – Graffiti donne au visiteur l’occasion de découvrir une forme d’art omniprésente et en perpétuelle évolution, et de renouveler ainsi le regard que chacun porte sur la ville.

Gérard Zlotykamien - Adagp, Paris, 2009
Gérard Zlotykamien - Adagp, Paris, 2009
 
fondation.cartier.com

<   1  2  3    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online