RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Palomba Serafini Associati
Parcours créatif et normatif
G.T., le 24 octobre 2011
Roberto Palomba /Geo
Roberto Palomba /Geo
 
G.T.: Comme c'était le cas autrefois, n'est-ce-pas ? Quand les entreprises payaient pour que leurs designers puissent se recycler avec des voyages. Il suffit de penser à Sottsass, De Lucchi ou autre...



Roberto Palomba :
 Beh, je dois dire que j'arrive encore quelquefois à convaincre les gens à le faire. Je peux en toute modestie me vanter d'avoir suffisamment de succès pour me permettre de dire : " aies confiance ". On entend parler de nos jours de crise, etc.... nous avons à la fin plus d'une corde à notre arc et parlons donc aux entreprises en disant que nous savons ce que nous faisons. Je me rends compte que c'est beaucoup plus difficile pour les jeunes designers parce qu'ils partent de zéro et vont raconter une histoire qui n'a pas encore eu lieu. J'essaie de les aider quand j'entrevois des choses intéressantes.




Roberto Palomba /Laufen
Roberto Palomba /Laufen
 
G.T.: Une dernière question, nous sommes à Paris, j'aimerais comprendre à quel point le projet italien est international.



Roberto Palomba :
 Je travaille également avec des entreprises étrangères et je m'amuse parce qu'elles ont très souvent une vision plus internationale, bien que le produit italien soit lui-même fortement international. Un peu comme le design américain des débuts qui, tout en résolvant des problèmes internes, se tournait vers le panorama international (Eames, Bertoia). Nous sommes aujourd'hui, comme le dit Baricco, à l'époque des nouveaux barbares, j'y crois énormément, je crois que ce soit une chose très positive. Rendons donc le design italien plus barbare et essayons de voir le salon du Meuble de Milan comme une situation d'échange et non pas comme la fin du monde. Pour citer Lao Tze, " ce que la chenille appelle la fin du monde, le reste du monde l'appelle papillon ".Voilà, ce que les gens de la Brianza appellent la fin du monde, le reste du monde devrait l'appeler moment...




Roberto Palomba /vasca bath
Roberto Palomba /vasca bath
 
G.T.: Re-démarrage...



Roberto Palomba :
 Eh oui, peut-être même remise à zéro. Remettons également cette année à zéro et voyons ce qui se passe, nous n'attendons rien d'autre qu'un autre salon, qui prépare au suivant. Le monde ne finit pas et ne commence pas au salon du meuble, qui n'est qu'une station d'échange.



www.palombaserafini.com

<   1  2  3  4    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online