RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Palomba Serafini Associati
Parcours créatif et normatif
G.T., le 24 octobre 2011
Roberto Palomba
Roberto Palomba
 
L'agence Palomba Serafini Associati travaille - le rapport entre le projet d'architecture, celui de design industriel et de design de stands d'exposition  - dans ces secteurs avec une attitude multiculturelle à l'égard de l'innovation et une vision complexe et complète.

Conversation avec Roberto Palomba…

G.T. : Quelle est la différence entre projeter un produit, un intérieur, un édifice ou un produit/système pour les revêtements ?. La différence d'échelle, de parcours et d'utilisation de ces espaces... la façon de vivre les locaux a un peu changé également...



Roberto Palomba :
 Oui, il s'est passé quelque chose. Projeter un système ou un édifice fait toujours partie du même métier. Ces activités doivent donc avoir des parcours créatifs et parfois même normatifs répondant parfaitement en quelque sorte à l'attente des gens qui vivront ces espaces. Projeter un système signifie avant tout pour moi essayer de comprendre comment les différents composants peuvent aller ensemble, au sein d'un projet qui a un motif de lien. Il peut s'agir d'un parcours graphique ou au contraire d'une série d'éléments individuels qui sont reliés à d'autres éléments ayant une forte identité. On peut trouver par exemple dans une cuisine de grandes hottes qui relient des petits éléments monolithiques ayant plusieurs fonctions ou, graphiquement, une série de portes et de tiroirs qui définissent des grilles bidimensionnelles.

Roberto Palomba /Dora Laque Rouge-Zanotta
Roberto Palomba /Dora Laque Rouge-Zanotta
 
G.T.: Est-ce que l'on s'attend, selon toi, à trouver également un peu d'architecture dans les intérieurs, dans les volumes ? L'industrie automobile utilise désormais l'architecture comme décor idéal de chaque nouveau modèle. Une bonne partie de l'architecture est désormais à la mode, aussi bien celle des archistars que celle historique. Est-ce que l'on peut s'attendre la même chose du design ?



Roberto Palomba : 
Il faut tout d'abord comprendre de quelle architecture on parle. Je ne comprends pas cette schizophrénie entre l'intérieur et l'extérieur. Est-ce qu'il y a une différence ? Un architecte devrait théoriquement être en mesure de gérer l'organisme architectural dans son ensemble. Il y a au contraire trop souvent une schizophrénie totale entre les organismes d'archistars à l'échelle urbaine ou territoriale, avec des édifices exceptionnels, alors que l'intérieur révèle une chute verticale de la qualité.




Roberto Palomba /Collection
Roberto Palomba /Collection
 
G.T.: Ce sont encore donc deux voies...



Roberto Palomba :

Il y a encore très souvent deux cultures différentes qui ne s'accordent pas. C'est un peu ce qui se passait quand je vivais à Rome : les appartements du quartier Parioli montraient encore l'aspect d'après la guerre et l'on entrait de but en blanc dans des maisons meublées et décorées comme au dix-huitième siècle. Cette schizophrénie subsiste un peu, continue, ... J'espère que ce parcours de cohérence puisse un jour informer le projet. C'est simple certes avec les systèmes mais l'espace architectural est néanmoins envahi par le système. Les objets individuels vivent en quelque sorte de nomadisme et ne communiquent donc pas avec le contexte.




<   1  2  3  4   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online