RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Philippe Parreno
VOICE-OVER
Christine Macel, le 18 mai 2009
Philippe Perreno/Fraught Times_For Eleven Months of the Year it's an Artwork and in December it's Christmas, October 2008
Philippe Perreno/Fraught Times_For Eleven Months of the Year it's an Artwork and in December it's Christmas, October 2008
 
Bio_Express

Dès ses premières oeuvres, Philippe Parreno travaille dans le cadre de projets collectifs, avec un groupe lui-même en évolution, réunissant Pierre Joseph et Bernard Joisten puis Dominique Gonzalez-Foerster et Philippe Perrin. Le principe de collaboration et de voix multiples ne cesse d’animer l’oeuvre de Parreno, enrichissant cette position théorique par d’innombrables lectures, de John Cage à Mikhail Bakhtine. La notion d’interactivité habite également l’oeuvre, comme avec le Sac Ozone (1988), rempli d’objets destinés à être manipulés par le public. Dès le départ, Parreno conçoit en effet l’exposition comme un espace de liberté, de communauté et de jeu. C’est dans ce contexte qu’émerge une oeuvre personnelle au début des années 90, avec l’ensemble No More Reality débuté avec la vidéo de la manifestation d’enfants criant le slogan «No More Reality ! » dans une cour d’école de Nice. La réflexion de l’artiste sur le médium de l’exposition, entamée dès les oeuvres collectives, s’affirme et aboutit à Snow Dancing en 1995. Cette oeuvre consiste en trois moments, dont un livre publié en 1995 sous le même nom, qui décrit un événement. Celui-ci eut réellement lieu au Consortium de Dijon tel que décrit dans le livre : une série de micro-événements contenus dans un lieu unique le temps d’une fête. Le vernissage, post-événementiel, laissait ainsi découvrir une exposition de traces. Comme le souhaitait l’artiste, la fiction devient ici réalité, jusqu’à s’y confondre.


Philippe Perreno/Philippe_Parreno-Speech_Bubbles
Philippe Perreno/Philippe_Parreno-Speech_Bubbles
 
Les années 2000 marquent un tournant où la dimension conceptuelle de l’oeuvre s’affirme, liée à un imaginaire plus que jamais hanté par le thème du fantôme et d’un sujet « en creux ». Les questions d’auteur, de co-signature, de copyright et de copyshare, reviennent avec les oeuvres aujourd’hui les plus connues de l’artiste, Ann Lee (personnage de manga japonais dont il achète les droits avec Pierre Huyghe et qui deviendra le personnage de plusieurs oeuvres jusqu’en 2002), Crédits… (film de 2000 dont le titre est la liste des dix-sept personnes qui y ont collaboré) ou encore Bryannnnnn Ferryyyyyy (film de 2004 réalisé avec Liam Gillick sur les lois et usages du copyright).

La réflexion autour de la temporalité de l’exposition s’approfondit avec Alien Seasons en 2002 au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, où la vidéo d’un céphalopode déclenche l’ensemble des autres oeuvres, tandis que certaines ne sont visibles que la nuit. Le thème du fantôme revient également après Ann Lee, avec les oeuvres à l’encre fluo visibles uniquement dans le noir, disparaissant à la lumière (Fade Away). Avec le film El Sueño de una Cosa (2001, Collection Mnam), Parreno réfléchit à différentes versions d’une même oeuvre variant à chaque édition, explorant les différents contextes de monstration, de la salle de cinéma au musée, dans une esthétique de déplacement et de remixage de sa propre oeuvre. Parreno fait irruption dans le monde du cinéma d’une manière inédite avec le film Zidane 2006, installation et film commercialisé, tentative de poser, à l’inverse d’Ann Lee, une présence dans l’instant, ainsi qu’une réflexion sur la notion de temps, remis en cause dans sa réalité même. La série des Marquees, enseignes lumineuses de cinéma d’où tout signe a disparu, suggère que l’espace d’exposition peut se rejouer selon la temporalité cinématographique. Il Tempo del Postino spectacle collectif réalisé à Manchester, parachève cette recherche autour du théâtre et de la scène, comme une nouvelle expérience d’élargissement des modalités d’exposition.

www.centrepompidou.fr

<   1  2    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online