RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
The Space of Words
Hétérogénéité entre mots et espace
Christophe Gallois, le 20 avril 2009
Josef Strau_Né en 1957 à Vienne, vit à Berlin et New York.

Conçues comme des objets hybrides combinant différents types de lampes avec des textes dactylographiés, les oeuvres que Josef Strau réalise depuis quelques années explorent la manière dont « le médium textuel peut être transposé dans l’espace tridimensionnel de l’exposition ». Les éléments textuels que ses compositions mettent en scène sont par exemple attachés ou collés aux abat-jours, liés aux pieds de lampes, ou encore placés au mur ou sur le sol en relation avec les lampes. Leur disposition oblige souvent le lecteur à prendre différentes positions, parfois à la limite de l’acrobatie, afin de les lire. Dans certains cas, les textes sont également présentés sous la forme de posters destinés à être emportés par le visiteur, proposant ainsi une « visite étendue » de l’exposition et la fragmentation de sa perception, entre espace et texte. La pratique de Strau se développe comme une tentative de mise en espace de l’activité d’écriture et de lecture, créant ce qu’il appelle des « espaces narratifs ». Ce passage du texte à l’espace se retrouve dans ses oeuvres les plus récentes, dans lesquelles lampes et textes sont placés en relation à des structures architecturales ayant la forme de lettres de l’alphabet. Strau décrit ces structures comme des tentatives de « diviser la narration en objets qui sont également des textes ou des mots, dans lesquels le visiteur peut entrer ».

Les textes de Josef Strau semblent rapidement écrits et évoquent la technique surréaliste de l’écriture automatique, débordant souvent des sujets annoncés. Ils mélangent des éléments de fiction, des passages proches de l’essai, consacrés par exemple à divers personnages et auteurs, ou encore des éléments autobiographiques. Strau a plusieurs fois énoncé son intérêt pour des textes tels que les Confessions de Rousseau qui combinent, dans un format libre et en utilisant un ton subjectif, des réflexions philosophiques à des éléments autobiographiques. Le « je » que ses oeuvres mettent en scène est cependant un sujet décentré : « J’essaie d’éviter une approche classique de la notion d’auteur… Cela ne veut pas dire que ça ne peut pas être autobiographique, mais je veux d’une manière ou d’une autre que la réalité à laquelle mes oeuvres se réfèrent ne vienne pas de moi, mais de l’extérieur, presque par coïncidence. » Cet aspect de son oeuvre est également directement connecté à son intérêt pour la possibilité d’une « attitude non productive ». Plutôt qu’une absence totale de production, cette posture indique une réduction de l’intention liée à la production d’un objet donné. Le choix des matériaux, souvent trouvés sur les circuits secondaires de la consommation tels que les marchés aux puces, participe à cette réflexion sur l’économie de l’art et sa production.

Tris Vonna-Michell
_Né en 1982 à Rochford, vit à Londres.

Prenant la forme d’installations et de performances, les oeuvres de Tris Vonna-Michell se construisent comme des narrations combinant expériences personnelles, événements lies à l’histoire collective, anecdotes faisant référence à la vie de différentes personnes et les nombreuses coïncidences qui viennent ponctuer leur développement. Ses performances et les narrations qu’il enregistre pour ses installations le mettent en scène énonçant à un rythme effréné des récits sinueux, fragmentés et souvent inachevés, construits sur le modèle de l’association d’idées. Dans le cas de performances, il propose parfois à ses auditeurs de décider de la durée du récit, durée qu’il contrôle ensuite à l’aide d’un minuteur. Les éléments récurrents dans ses installations sont des projections diapositives, des bandes sonores enregistrées sur des disques vinyles ou des cassettes audio et des objets divers qui fonctionnent comme autant d’accessoires pour la narration : posters, puzzles, calendriers, photographies, articles de presse, minuteurs en forme d’oeuf, documents extraits de ses propres archives et objets personnels. Ses oeuvres évoluent avec le temps, au fil des investigations de l’artiste.

Avec Leipzig Calendar Works (2009), Tris Vonna-Michell propose une nouvelle version du projet Finding Chopin commencé en 2005 et articulé autour du poète sonore Henri Chopin (1922–2008), un ancien ami des parents de l’artiste. Le point de départ de ce projet est la réponse du père de l’artiste à une question de Tris Vonna-Michell sur les raisons de sa naissance à proximité de la ville côtière du sud de l’Angleterre, à Southend-on-Sea : « Demande à Henri Chopin. Tout ce que tu as besoin de savoir est qu’il adore les oeufs de caille, vit à Paris et a 82 ans. » Les recherches que Tris Vonna-Michell entreprend le mèneront de Glasgow à Paris en passant par Norfolk, et seront ponctuées par la tentative de faire parvenir à Chopin des oeufs de caille par un intermédiaire, le vol de différents objets de l’installation dans une exposition à Bruxelles, l’édition d’un disque vinyle et la rencontre avec le poète, peu avant sa mort en janvier 2008.

www.mudam.lu

<   1  2  3  4  5  6  7    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online