RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
FIFA : Le bohneur continue ! : 27e festival international du film sur l'art
FIFA : Le bohneur continue !
27e festival international du film sur l'art
E.D., le 16 mars 2009
Films en compétition
_45 films de 17 pays 
10 productions canadiennes dont 7 québécoises

Les films québécois et canadiens sont représentés de façon éloquente au sein de la compétition officielle du 27e FIFA. Quand Shakespeare trompe l'oeil (Battle of Wills) d’Anne Henderson (Canada), l’histoire à suspense de Lloyd Sullivan, un retraité d’Ottawa, convaincu qu’il  possède le seul portrait authentique de William Shakespeare, peint de son ancêtre en 1603; Félix de Jean-Claude Labrecque (Canada), une rencontre émouvante avec le poète et chansonnier Félix Leclerc (1914-1988); Karsh Is History de Joseph Hillel (Canada), la prodigieuse carrière de Yousuf Karsh (1908-2002), maître du portrait photographique du XXe siècle, qui a immortalisé sur pellicule les plus grands, de Winston Churchill à Pablo Picasso ; Marie-Hélène Allain en dialogue avec la pierre de Rodolphe Caron (Canada), parcours singulier d’une femme qui a su harmoniser sa vie spirituelle et sa carrière artistique; Mort à Venise : un voyage musical avec Louis Lortie de Mathieu Roy (Canada), moment de prédilection avec le fameux pianiste qui partage sa fascination pour Venise et les compositeurs qu’elle a inspirés; La Nuit est ma chambre noire, l’oeuvre de Michael Flomen d’André Cornellier (Canada), expéditions nocturnes réalisées grâce à une caméra sensible à la lumière infrarouge dans le monde du célèbre photographe; Peepshow de Raymond Saint-Jean (Canada), adaptation à l’écran de Peepshow, la pièce de théâtre écrite, mise en scène et interprétée par Marie Brassard, une exploration de fragments d’intimité, d’univers parallèles peuplés de personnages aux sombres passions ; Prokofiev: The Unfinished Diary de Yosif Feyginberg (Canada), film s’appuyant sur les années 1918-1936, la période charnière de la vie de l’un des plus grands compositeurs du XXe siècle; Shopping à la folie (Malls R Us) de Helene Klodawsky (Canada), révélations sur l’une des plus populaires institutions nord-américaines : les centres commerciaux et leur équivalent en Pologne, au Japon, en Inde et à Dubaï ; et The Young Romantic de Barbara Willis Sweete (Canada), reflet de la carrière prodigieuse du jeune pianiste chinois Yundi Li (né en 1982).

FIFA/INFINITE SPACE - THE ARCHITECTURE OF JOHN LAUTNER.
FIFA/INFINITE SPACE - THE ARCHITECTURE OF JOHN LAUTNER.
 
ARCHITECTURE_NOS COUPS DE COEUR !

INFINITE SPACE : THE ARCHITECTURE OF JOHN LAUTNER


« Le but de l'architecture, affirmait John Lautner (1911-1994), est de créer des espaces intemporels, libres, joyeux, pour toutes les activités de la vie. » Cette biographie retrace la quête d'une vie de ce génie visionnaire. Jeune homme, Lautner rompit avec son mentor, Frank Lloyd Wright, et quitta son Michigan natal pour la Californie afin de définir son propre style. Il y passa l'essentiel de sa carrière et y créa une architecture novatrice, « sans début ni fin », à la fois futuriste et très sensuelle, d'une liberté formelle et d'une originalité stupéfiantes. Le film revisite ses principales réalisations, commentées par l'architecte lui-même grâce à des archives. À ses commentaires éclairés s'ajoutent ceux de l'architecte Frank Gehry et de pairs qui témoignent de son influence, de Frank Escher, l'architecte qui a rénové la Chemosphere House, et de Julius Shulman, photographe de tous les grands modernistes, ainsi que les souvenirs émus de clients, collaborateurs et entrepreneurs. Des plans originaux et des photographies provenant des archives John Lautner du Getty Museum sont intercalés à des images des réalisations phare de l'architecte- parmi lesquelles de nombeuses résidences privées-, les villas Carling, Schaffer et Herpel, le restaurant Googie à Los Angeles, la Chemosphere, une soucoupe volante reposant sur un seul pilier, image emblématique de Los Angeles, la Pearlman Cabin, le pavillon Silvertop, la résidence Elrod à Palm Springs, décor d'un film de James Bond, la résidence Marbrisa à Acapulco et le Desert Hot Spings Motel.

FIFA/Villa Mairea
FIFA/Villa Mairea
 
VILLA MAIREA

La villa Mairea, l'une des œuvres maîtresses du célèbre architecte finlandais Alvar Aalto (1898-1976), a été conçue en collaboration avec sa première femme, Aino Marsio-Aalto, comme une maison expérimentale pour le couple Maire et Harry Gullichsen, à Noormarkku, près de la côte Ouest de la Finlande, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. En 1935, avec Maire Gullischen, membre d'une grande famille d'industriels finlandais spécialisés dans le bois et le papier, Aalto établit la société Artek, mondialement reconnue maintenant en tant qu'éditeur et distributeur de son mobilier et de ses objets en verre. Aalto reçoit la commande de la villa au moment où son esthétique bascule et où il rompt avec la modernité blanche qui va dominer le monde. Il saisit alors cette occasion de réunir tous les thèmes qui le préoccupaient jusque-là dans son travail sans avoir encore pu les mettre en pratique. Située au cœur d'une forêt de pins adjacente à une vieille scierie, cette maison aux multiples facettes allait devenir l'une des icônes de l'architecture du XXe siècle. Composée d'une structure en L, la villa Mairea allie chaleureusement la brique et le bois et s'intègre parfaitement dans son environnement naturel. Le film dévoile les principes de construction et l'univers architectural et spirituel de la maison, au croisement de l'héritage artistique finlandais et de l'architecture japonaise.

    1  2  3   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online