RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
DAMIÁN ORTEGA : CHAMP DE VISION
DAMIÁN ORTEGA
CHAMP DE VISION
D.B., le 15 décembre 2008
Damián Ortega, né en 1967 à Mexico City, est le premier artiste d’Amérique latine à exposer dans l’Espace 315. Révélé par l’oeuvre Cosmic Thing, à la 50ème Biennale de Venise en 2003, où une Coccinelle Volkswagen était démantelée et suspendue au plafond, déconstruction ironique d’un objet culte de la société de consommation, il fait partie des artistes les plus remarqués de la nouvelle génération mexicaine. Damián Ortega a commencé sa carrière en tant que créateur de bandes dessinées politiques et son art recèle toujours un sens aigü du ludique. Avec un regard légèrement irrévérencieux, l’artiste parodie la pureté de la sculpture minimaliste. Ses sculptures, photographies et actions sont souvent réalisées à partir de matériaux «pauvres » et évoquent un potentiel d’évolution et de changement continuel. Un certain scepticisme face aux formes utopiques de l’architecture moderne et un goût prononcé pour les jeux de langage sont également au coeur de sa pratique.

Damian Ortega/Damian Ortega_Champ de vision
Damian Ortega/Damian Ortega_Champ de vision
 
«L’installation Champ de vision, conçue spécialement pour l’Espace 315, s’inscrit dans l’ensemble des oeuvres qui conscientisent la question de la perception visuelle, comme Circular Perception en 19991. À l’entrée de l’exposition, l’ensemble des molécules constituant la matière connue est présenté sous la forme de petites maquettes, disposées sur des étagères en forme de spirale. Puis, dans un espace de près de deux cents mètres carrés, le spectateur découvre une installation réalisée en modules de Plexiglas, de différentes couleurs et différentes tailles, composés chacun de deux rondelles encastrées l’une dans l’autre et formant un objet sphérique, suspendus dans l’espace selon la projection au sol d’un long triangle s’amenuisant vers le fond.

Damian Ortega/Damian Ortega _Guzman
Damian Ortega/Damian Ortega _Guzman
 
Ces modules alignés libèrent des espaces entre chaque nouvelle ligne d’accroche, permettant au spectateur de sillonner à l’intérieur de l’installation. Il se trouve ainsi immergé dans un environnement associé mentalement aux molécules chimiques présentées à l’entrée, comme si la matière avait été étirée dans de gigantesques dimensions. Puis il est invité à passer derrière une cimaise qui révèle en son centre une infime ouverture, un trou muni d’une lentille qui permet de voir ce que l’on vient de traverser. Dans l’oeil du spectateur se forme alors l’image d’un oeil, composée de l’ensemble des modules formant à cette distance des pixels de couleur. Ce tour de force met le spectateur face à l’outil de sa perception, et à la question même du point de vue.

    1  2   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online