RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Alessandro Mendini
Un panthiste de la vision
G. T., le 8 décembre 2008
Alessandro Mendini/Groninger Museum
Alessandro Mendini/Groninger Museum
 
G.T. : Des volées d'oiseaux qui se forment...



A.M. : Qui se forment et désintègrent... les étoiles. Une rhétorique lourde et à la limite du risible. Le contact que j'ai eu avec les sociétés est totalement différent. Ça m'est arrivé de travailler avec des entreprises de grande qualité, qui font même des discours de type social, sur la qualité de la vie et des objets faisant partie du micro-environnement de l'homme.



G.T. : On revient un peu au vieil adage du design, une qualité pour tous, en un certain sens, même après être partis et revenus plusieurs fois.



A.M. : Oui, il y a un peu de ça aussi, c'est à la fois une aspiration et une chose oubliée. Les temps ne sont pas roses, en aucun sens.





Alessandro Mendini/Groninger Museum
Alessandro Mendini/Groninger Museum
 
G.T. : Une question sur la figure de l'auteur de projets. Je me rends compte que les grands maîtres, voire même quelques jeunes dans ce domaine, sont des solistes. Les jeunes auteurs de projets, tu en as formé beaucoup ici dans ton agence, ont en réalité tendance à s'associer. S'agit-il, selon toi, d'un problème de cohérence formelle, d'intolérance ou de refus de certaines cibles par rapport à d'autres auteurs de projets.



A.M. : Nous vivons une époque où certains peuvent se dire solistes et d'autres malheureusement solitaires car ce n'est pas une période de groupes. Les grands groupes ont existé, même au niveau des avant-gardes, par exemple le futurisme, mais aussi des néo avant-gardes, le groupe de Memphis ou d'Alchimia. Ces groupes ont disparu et tout s'est pulvérisé en évasions presque intimistes parce qu'il n'y a pas un terrain commun sur lequel trouver des idéals semblables. Une situation de ce genre peut peut-être, doit même, réapparaître maintenant. Elle réapparaîtra mais il n'y en a pas pour l'instant.





Alessandro Mendini/Bottle opener Anna G. by Alessandro Mendini for Alessi
Alessandro Mendini/Bottle opener Anna G. by Alessandro Mendini for Alessi
 
G.T. : Une prophétie du moment.

 Oui, une prophétie du moment.

 Par rapport à l'architecture qui a au contraire suscité l'intérêt du commun des mortels sur ces thèmes : tu as projeté des musées, des lieux publics et privés, tu vient de terminer un projet pour une nouvelle foire... Est-ce que c'est difficile par exemple de projeter un lieu comme une foire ? Tout le monde connaît les polémiques à propos de nouveaux quartiers d'exposition splendides qui se révèlent par la suite incomplets au niveau logistique.




A.M. : Il y a eu de très bons architectes, des archistars, au cours de la dernière décennie, qui montraient une virtuosité de la composition architecturale liée aux moyens électroniques de pointe, avec donc une haute technologie et une haute qualité sculpturale. Ces objets, catapultés dans un coin quelconque du monde, correspondent presque à un bombardement du sol et sont déracinés du contexte où ils s'insèrent. Il y a donc du bon et beaucoup de mauvais dans cette façon de concevoir l'architecture, au point qu'il y a des réactions ... par exemple le pavillon italien à la biennale d'architecture en cours et les autres faits qui se produisent dans le monde sont beaucoup plus liés au retour des cultures locales. Le grand parc des expositions que nous sommes en train de construire tout près de Séoul est quelque chose d'extrêmement compliqué, et cela aussi d'un point de vue économique, social et politique en Corée, qui a tous les problèmes que j'ai cités plus haut. C'est donc très difficile de le faire et de bien le faire.

<   1  2  3  4   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online