RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
ENZO MARI : Une vue sur l'infini
ENZO MARI
Une vue sur l'infini
G. T., le 27 octobre 2008
A l'occasion de l'exposition anthologique à la GAM de Turin, intitulée " Enzo Mari : l'art du design ", Enzo Mari a accordé une interview à G.T. L'entretien révèle la cohérence de la pensée d'Enzo Mari par rapport au projet, dans le passage significatif de l'art au design, aux considérations sur les matériaux et le marché, pour finir avec des dénonciations éco-éthiques détaillées qui relient le projet aux thèmes d'une brûlante actualité.

Enzo Mari. The art of design
Enzo Mari. The art of design
 
G.T.: Une exposition intitulée " Enzo Mari : l'art du design se tient en octobre à Turin, à la Galerie d'Art Moderne. La première question ne peut être que sur ce sous-titre : l'art du design.



Enzo Mari: Je dois apporter quelques précisions et ce parce que je réagis toujours, dans tout ce que je fais, en refusant les choses qui ne me plaisent pas dans les thèmes que je suis en train d'affronter. 
Nous sommes pour l'instant dans une situation bizarre, où toutes les implications du design, de celles des pionniers des années trente et en Italie des années cinquante/soixante, ont disparu peu à peu et se sont en grande partie dégradées.
Toutes les indications ont été perdues mais pas dans les écoles, 
où on continue à répéter des raisons qui n'ont jamais été comprises. D’autres raisons ne correspondent plus à la réalité effective du travail et du marché. Au milieu de cette ignorance surtout des entreprises, à laquelle suit celle des designers, qui est une conséquence, le design n'est devenu au cours des dernières années qu'un oripeau à la mode, à acquérir au-delà de ses raisons profondes. Dans cette situation - personne n'ignore la crise de production que traverse en particulier l'Italie - il est facile de comprendre que l'objet de design ne puisse plus correspondre au grand nombre, 
c'est-à-dire un objet à fabriquer en espérant que de nombreuses personnes l'achètent.


Enzo Mari_Calendar
Enzo Mari_Calendar
 
L'objet de design ne rentre jamais dans les maisons ou dans les possibilités des gens qui ont un revenu mensuel de un, deux ou trois mille Euros. Il est trop cher car il est distribué par l'intermédiaire de lieux et de magasins qui coûtent beaucoup trop. Ces derniers se trouvent dans les zones centrales des villes, ils doivent être bien aménagés, etc., ce qui double, triple, quadruple, décuple les frais de distribution.
 On a pu constater au cours des vingt dernières années que des objets de ce genre ne permettent pas d'atteindre l'objectif commercial car la commercialisation est semblable à celle d'une galerie d'art. Certaines entreprises qui refusaient encore cet espace il y a dix ou vingt ans se sont désormais convaincues. Elles promeuvent et demandent des objets ayant toutes les caractéristiques d'un objet d'art et qu'il faut donc produire en un seul exemplaire, au maximum en deux 
ou trois exemplaires. Cet état de fait implique également l'ignorance des auteurs de projets.

    1  2  3  4   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online