RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Tomorrow Now
Quand le design rencontre la science-fiction
Alexandra Midal + Björn Dahlström, le 24 décembre 2007
Matti Suuronen_Futuro home, 1968-1969_Andres Lejona
Matti Suuronen_Futuro home, 1968-1969_Andres Lejona
 
La Futuro est une maison standardisée en plastique de l’architecte finnois Matti Suuronen (*1933). Elle est produite en 1968 pour répondre à la demande d’un ami d’enfance de Suuronen, le Dr. Jaako Hiidenkari. Ce dernier souhaite, pour ses vacances de ski, une maison prête à l’emploi et à poser sur les pentes enneigées des montagnes. Capsule spatiale sur piliers ajustables, la Futuro reflète l’optimisme des années soixante : l’idéal d’une nouvelle ère, un âge de l’espace ; le plastique comme matériau de construction; la production en série, l’assemblage en modules ; la mobilité, les formes elliptiques, les couleurs pop...

Le prototype 001 mesure 8 mètres de diamètre, pèse 400 kilos et peut loger jusqu’à huit personnes. Suite à l’enthousiasme général, Suuronen envisage la production en série de la Futuro, et en modifie le format, la réduisant à 5 mètres de diamètre, afin de devenir plus facilement transportable. Une vaste campagne de promotion internationale est lancée, mais le choc pétrolier de 1973 engendre la fin de la maison.


Mondes parallèles

À contre-courant du principe de la fabrication industrielle de l’art minimal, John McCracken (*1943, États-Unis) réalise lui-même ses sculptures : il fabrique les résines, les laques et les fibres de ses oeuvres. Evoquant à la fois les alignements préhistoriques de Carnac ou de Stonehenge et le monolithe noir dans le film 2001, Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick, les formes intemporelles et énigmatiques de ces six monolithes noirs dégagent une irréductible étrangeté.

Leur disposition précise reconfigure et renouvelle sa perception. McCracken travaille avec soin les surfaces qui, une fois sablées et polies, deviennent presque réfléchissantes et imposent leur présence au lieu. Dans son travail, l’artiste fait allusion à la métaphysique, à des expériences hallucinatoires et à l’existence de mondes parallèles. Ici, il précise le rapport que son oeuvre entretient avec la science-fiction : «Que ces objets existent en de multiples dimensions à la fois me fascine au plus haut point, et cela résonne aussi pour le monde des hommes. Je crois que les humains existent en plusieurs dimensions à la fois ».
Ses monolithes semblent venir d’ailleurs, d’un futur ou d’une autre dimension.


Mariko Mori, Oneness, 2003_Jens Ziehe
Mariko Mori, Oneness, 2003_Jens Ziehe
 
<   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online