RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Tomorrow Now
Quand le design rencontre la science-fiction
Alexandra Midal + Björn Dahlström, le 24 décembre 2007
Haus-Rucker-Co., Laurids Ortner, Günther Zamp Kelp, Klaus Pinter_Fly head, 1968
Haus-Rucker-Co., Laurids Ortner, Günther Zamp Kelp, Klaus Pinter_Fly head, 1968
 
L’invention de la science-fiction moderne : Hugo Gernsback

C’est un Luxembourgeois de naissance, Hugo Gernsback (1884-1976), qui invente le terme anglais « science-fiction ». Après le « merveilleux scientifique » de Maurice Renard ou le « roman scientifique » qui qualifie notamment les récits de Jules Verne, c’est à ce jeune émigré américain, éditeur d’une maison d’édition de Pulps, des journaux bon marché, que revient la paternité du terme science-fiction. Il l’imagine en 1929 pour l’éditorial du premier numéro de sa revue Science Wonder Stories et contribue à sa popularisation à travers les magazines qu’il publie par après.

Gernsback est fasciné depuis son enfance par les relations entre science et technologie et aime imaginer les inventions de demain. À partir de 1951, à chaque fin d’année, il publie une revue intitulée Forecast dans laquelle il expose ses idées personnelles du futur. Du Superception, un cercle de métal qui fait le tour de la tête au niveau du front et qui, à travers des impulsions électriques dans le cerveau, y recrée directement des images télévisuelles, jusqu’au Teledoctor, un robot téléguidé qui permet à un médecin de soigner de chez lui les malades à domicile, Gernsback constitue un arsenal technologique et hétéroclite pour faciliter la vie de demain.


Konstantin Grcic et Nitzan Cohen_Installation Space-1, 2007
Konstantin Grcic et Nitzan Cohen_Installation Space-1, 2007
 
À l’occasion de l’Exposition Universelle de New York en 1939, le designer et décorateur de théâtre américain Norman Bel Geddes (1893-1958) imagine une exposition de la ville du futur pour le pavillon de la General Motors, le Futurama. Elle montre ce à quoi ressemblera la ville de 1960. Une fois entrés et assis deux par deux dans des fauteuils qui circulent sur un tapis roulant, les visiteurs observent en plongée la cité de demain peuplée de gratte-ciels, de feux de signalisation à chaque croisement, d’échangeurs routiers et autres voies rapides. Ils admirent également les fermes automatisées de la campagne de demain. En souvenir de ce voyage dans le temps, chaque visiteur reçoit un badge sur lequel figure : « J’ai vu le futur ». Projet aux vastes ambitions sociales, le Futurama incarne les enjeux du design, discipline récente, qui vise autant à définir la planification urbaine que la production des objets de consommation courante.

Norman Bel Geddes_Futuroma Project, 1939
Norman Bel Geddes_Futuroma Project, 1939
 
<   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online