RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Tomorrow Now
Quand le design rencontre la science-fiction
Alexandra Midal + Björn Dahlström, le 24 décembre 2007
John McCracken_6 Columns, 2006_Jens Ziehe
John McCracken_6 Columns, 2006_Jens Ziehe
 
Les formes critiques de l’utopie, adoptées à la fin des années 1960 et 1970 par les architectes et designers, portent des noms tels que « dystopie », ou « utopie anormale », et « contre-utopie ». Dans des récits poussés au paroxysme, leurs auteurs comptent éroder le projet progressiste et prétendument réaliste du progrès technologique défendu par les modernistes. La science-fiction agit comme le vecteur de cette critique, en recourrant aux ressorts propres à l’utopie.

Les 12 Villes idéales de Piero Frassinelli du groupe Superstudio (collectif né en 1966 en Italie), un des piliers du mouvement italien de l’Architettura Radicale, illustre parfaitement cette forme de contestation. Ses villes idéales ne le sont que dans leurs prémices : standardisation, hygiène, primat de la raison, industrialisation, qui sont celles du mouvement moderne. Cauchemardesques et caustiques, ces brèves histoires sont publiées dans des magazines sous le mode ironique et ludique du test. Des années plus tard, en réponse à une demande de l’auteur de science-fiction Robert Sheckley, une treizième ville inédite est ajoutée. Le magazine Archigram tente de rassembler les deux extrêmes. En employant le langage formel des Marvel Comics, les jeunes architectes et éditeurs de cette revue publiée par le collectif homonyme expriment leurs frustrations à l‘encontre du conservatisme en place et réinventent la cité comme un organisme unique.


R & Sie - François Roche - Cabinet Hypnotique, 2005_Jens Ziehe_Mudam Collection
R & Sie - François Roche - Cabinet Hypnotique, 2005_Jens Ziehe_Mudam Collection
 
MentalKLINIK (Yasemin Baydar, Birol Demir)

Frozen45” de mentalKLINIK nous projette dans une ère à venir, celle de la technosociété Biot, dans laquelle nous pouvons modeler notre propre corps, devenant ainsi à la fois acteur et sujet. Indiscernable à son application, Frozen45” est un traitement du futur dont les effets se traduisent à travers le processus de transformation Biot qui permet de fixer momentanément l’évolution de la peau. Le visage des visiteurs devient alors une sculpture invisible augurant la manière dont les musées pourront exposer le Biot lorsque les frontières entre humains et objets auront disparu.


Yasemin Baydar Birol Demir_MentalKlinik, Frazen 45 project, 2007
Yasemin Baydar Birol Demir_MentalKlinik, Frazen 45 project, 2007
 
<   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online